Sénégal: Respect des mesures d'Hygiéne à Kédougou- De gros efforts consentis malgré les problèmes d'accès à l'eau dans les quartiers périphériques

2 Avril 2020

Les différentes mesures d'hygiène édictées par les autorités sanitaires et administratives sont respectées à Kédougou. Même dans les quartiers périphériques, les habitants tentent se conformer en dépit d'un déficit d'eau.

Les ménages jouent leur partition dans le combat contre le Covid-19. Au sein des familles, dans les quartiers du centre-ville de Kédougou, les dispositifs de lavage des mains font partie désormais du décor. Ici comme dans les quartiers périphériques, la prise de conscience est palpable. Mais dans les quartiers de périphéries, il est plus difficile de respecter les règles d'hygiène à cause de la rareté de l'eau. «J'étais un peu réticente au début mais à force de constater les foyers mettre ce dispositif en place, je me suis résolue à le faire aussi. Mais nous avons un sérieux problème au niveau de la seule pompe qui nous permet de disposer de l'eau. Elle tombe très souvent en panne.

Et il faut de l'eau pour le bon fonctionnement du dispositif. Mais surtout mon inquiétude demeure avec les files indiennes que nous constatons au niveau de la pompe à eau du quartier alors qu'on interdit tout attroupement», se désole Marième Diop qui habite le quartier Kongori. La rareté de ce liquide créé l'effet contrairement recommandé pour réduire les risques de transmission du virus : les attroupements autour de la borne fontaine ou des pompes. «Le manque d'eau entraîne le rush vers les pompes. Certains sont obligés même de se lever aux premières heures pour occuper la bonne position afin d'avoir une quantité suffisance quotidiennement», rapporte Marième Diop.

La recherche du liquide précieux est le passe temps pour les habitants de certains quartiers de Kédougou durant cette période d'étiage qui couvre les mois d'avril jusqu'à la tombée des premières pluies. En réalité, il pleut beaucoup à Kédougou. Malheureusement, les eaux ruissellent vers les fleuves, les mares et d'autres dénivellations. Conséquence, la nappe phréatique de la région n'est pas productive. «Les gens passent toute la journée à puiser au niveau de la pompe du quartier. Nous avons un sérieux problème. Les puits sont taris durant cette période de l'année, le seul recours, c'est la pompe où les gens passent toute la journée jusque tard dans la nuit », corrobore son conjoint Kéba Diouara.

Tout comme à Kongori, le quartier périphérique pasteur Butler, situé derrière le nouveau garage souffre d'un problème d'accès à l'eau. «Les puits tarissent dès le mois de février. Et il n'y a que les puits qui fonctionnent ici et tout le monde n'en dispose pas. Donc, il est difficile dans ce contexte de respecter les mesures, les recommandations. Les gens le veulent bien, mais quand il n'y a pas d'eau, c'est difficile», plaide Cheikhou Keïta, habitant du quartier.

Lavage systématique des mains

Malgré cette contrainte, Cheikhou ne badine pas avec les mesures d'hygiène. C'est une question de vie pour lui. «Chez moi, il y a un dispositif de lavage des mains, j'ai fais le même constat dans d'autres concessions mais les types sont fonction du niveau de vie des ménages», confesse Cheikhou Keïta.

Non loin de là, au quartier Tripano, la mesure est aussi grandement respectée. «Ici, à la maison, les gens se lavent les mains à chaque fois qu'ils entrent ou sortent. Ce dispositif de lavage des mains existe aussi dans les maisons voisines. Avec les étrangers qui viennent, c'est un peu compliqué avec les réalités sociologiques mais je leur rappelle cela d'une manière subtile. Un vieil homme que j'invitais un jour à se laver les mains m'a répondu que ses mains sont toujours propres. J'ai compris qu'il était réticent et gêné par mes propos. Mais pour les gens que je connais, je leur rappelle cela souvent quand ils arrivent chez moi» révèle Doudou. Il n'hésite pas à certaines occasions, de sensibiliser les connaissances sur l'importance du respect des mesures d'hygiène. «Pour certaines personnes c'est compliqué de mettre le dispositif de lavage des mains faute d'eau. Mais je les conscientise souvent. C'est l'exemple d'une dame du quartier Kongori qui me disait dernièrement qu'elle n'avait même pas de l'eau pour boire chez elle à plus forte raison que pour se laver les mains.

Je lui ai suggéré de bien gérer l'eau qu'elle a en mettant en place le dispositif pour leur santé tout comme elle dit parvient à économiser l'eau pour se laver et faire le linge», évoque-t-il. «Et quand à réduire les déplacements, j'ai constaté aussi que les gens ont un peu réduit leur mobilité. Je reçois moins de visites présentement chez moi», précise-t-il. Au quartier Dinguessou, devant sa boutique, Thierno a lui pris le soin de mettre en place le dispositif de lavage des mains pour lui et ses clients. «Les clients se lavent vraiment les mains et même les passants. Quant à moi, je le fais presque continuellement», divulgue-t-il.Tout compte fait, face à cette situation «très difficile» que vit les quartiers périphériques de la commune, «nous allons essayer de voir comment trouver des citernes puisque l'hygiène individuelle doit être maintenue», a assuré le gouverneur de la région, Saer Ndao.

Prévenant qu'on recommande le lavage des mains, la propreté, le gouverneur de la région de Kédougou d'estimer qu'on ne peut pas dire lavage des mains et propreté sans eau. « Mais avec une situation particulière, il faut qu'on aille dans le sens de l'économie d'eau, si toutefois l'eau est là » a-t-il toutefois avisé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.