Cameroun: Denrées alimentaires - Les prix ont augmenté en février

L'Institut national de la statistique a récemment publié les résultats d'une étude menée à ce sujet dans les villes de Yaoundé et Douala.

Les ménages des villes de Yaoundé et Douala subissent depuis février dernier une augmentation de prix de produits alimentaires. D'après la note que vient de publier l'Institut national de la statistique, l'indice de prix à la consommation finale des ménages (Ipc) est passé de -0,2 en janvier dernier à +0,2 en février. Les produits tels que les œufs, le lait, le poisson, les fruits de mer, les huiles et graisses, les sels et sauces, sont les premiers concernés.

Une évolution due, entre autres, à l'augmentation des prix du transport, passés à +0,7 contre 0,4 en janvier, mais aussi à la hausse des prix de produits alimentaires à l'importation tout comme l'augmentation des prix du gaz, du logement et de l'électricité. L'augmentation du prix de la viande au kilo est liée à l'augmentation du prix de la viande sur pied (porc, bœuf et poulet) durant cette période. S'agissant des huiles et graisses, la hausse des prix se justifie par celle de la matière première qu'est la noix de palme et son dérivé l'huile de palme brute. Dans les rayons légumes, ce sont les prix des produits frais tels que le folong, le zom, le ndolè frais, les choux verts, les ognons et les feuilles de manioc qui grimpent.

Les tubercules ne sont pas en reste. Une même tendance est observée côté fruits. Les prix des pommes de France, de la papaye, de l'ananas et de l'avocats connaissent également une flambée. A l'inverse de la tendance haussière observée en février, le prix d'autres produits baissent. Ce sont notamment les prix du pain, des gruaux, céréales (transformés ou pas), laits, fromages, œufs, confiseries, miel, sucre et chocolat, indique la note de l'Ins. De manière générale, il s'agit d'une augmentation de 2,4% par rapport au même mois de février l'année dernière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.