Cote d'Ivoire: COVID-19 - La plateforme d'Ong «Alternative Citoyenne Ivoirienne» dit non à l'expérimentation d'un quelconque vaccin sur les Africains

document

DECLARATION DE « ALTERNATIVE CITOYENNE IVOIRIENNE (ACI) » SUR LE PROJET D'EXPERIMENTATION D'UN VACCIN CONTRE LE COVID_19 EN AFRIQUE

LES FAITS

Des rumeurs d'expérimentation d'un vaccin contre le COVID_19 en Afrique circulaient, jusqu'à ce que lors d'un échange sur la chaine LCI, le mercredi 1er avril 2020, le Professeur Jean-Paul Mira, chef de la réanimation à l'hôpital Cochin de Paris, ose le sortir publiquement avec des propos aux relents racistes, appuyé par Camille Locht, Directeur de recherche à l'INSERM, sous le prétexte de réaliser des études.

Les propos tenus se présentent comme suit : Du Professeur Mira, «Si je peux être provocateur, est-ce qu'on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n'y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation ? Un peu comme c'est fait d'ailleurs pour certaines études sur le Sida. Chez les prostituées, on essaye des choses parce qu'on sait qu'elles sont hautement exposées et qu'elles ne se protègent pas».

«Vous avez raison, on est d'ailleurs en train de réfléchir à une étude en parallèle en Afrique», a alors répondu Camille Locht.

En effet, le vendredi 27 mars, une équipe de chercheurs australiens du Murdoch Children's Research Institute de Melbourne a avancé la piste du vaccin BCG (Bacille de Calmette et Guérin) pour protéger les soignants et plus largement la population mondiale contre l'épidémie de coronavirus Covid-19. Ce vaccin, mis au point il y a une centaine d'années, est utilisé pour prévenir la tuberculose, une maladie infectieuse très résistante qui touche encore près de 10 millions de personnes chaque année.

Une mise à jour de ce vaccin a été faite pour freiner dit-on la propagation du covid19. Si cette option semble à vue d'œil salutaire, elle paraît d'autant plus suspecte et immorale qu'on veuille l'essayer sur des populations africaines, ciblées dans 24 pays africains, qui pourraient une servir une fois de plus de « COBAYES », et ce, avec l'accord de nos dirigeants. Ce mercredi 1er Avril Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l'hôpital Cochin à Paris, lors d'une émission sur LCI a tenu des propos qui ont suscité une indignation générale et une levée de boucliers des africains. Outre plusieurs personnalités, tel que Didier Drogba et le Président Obama, le Club des avocats au Maroc a décidé de porter plainte pour «diffamation raciale auprès du procureur de la république», suite «aux propos abjectes, haineux et racistes» prononcés hier sur la chaine LCI par le Pr Jean-Paul Mira.

NOTRE ANALYSE

Nous pensons, en ce 21ème siècle, qu'il est malséant de tenir de tels propos sur une chaîne de télévision. C'est le lieu d'interpeller les racistes sur le fait que colonisation et esclavage ont effectivement pris, mais l'élite africaine est désormais suffisamment éclairée pour, non seulement découvrir toutes leurs manigances et machinations, mais elle prête à réagir. À l'ère des nouvelles technologies et de la vulgarisation des réseaux sociaux, on ne peut plus se jouer d'un peuple sans que cela ne soit dévoilé et contré.

NOTRE POSITION

S'adressant à un lecteur africain, l'écrivain Franz Fanon écrit: « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. »

A travers cette citation qui s'annonce comme une prophétie, il appartient à notre génération de faire barrage par tous les moyens démocratiques à cette humiliation de trop de la race noire !

Ainsi, Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI) appelle toutes les forces vives africaines à faire barrage à cette perfidie.

Pour ce faire, nous appelons :

- toute la jeunesse panafricaine et toutes les organisations de la société civile à investir la toile et le terrain pour sensibiliser nos parents, amis et frères du danger que représente la prise de ce vaccin aux objectifs machiavéliques ;

- tous les africains, particulièrement les influenceurs à faire des communications sur les réseaux sociaux et dans la presse audio-visuelle sur le refus catégorique des africains de ce vaccin ;

- tous les Chefs d'États qui auraient reçu des enveloppes conséquentes à cet effet, à les utiliser pour aider nos chercheurs locaux dans la recherche d'un vaccin contre le paludisme qui tue plus de 500 000 personnes par an en Afrique, ou les investir dans le social ;

- tous les Chefs d'Etat ayant refusé à tenir, ferme et à sensibiliser le peuple pour refuser ce vaccin.

ACI se réserve le droit de porter plainte devant les juridictions internationales pour ce qui s'apparente à un génocide planifié.

Fait à Abidjan, le vendredi 03 avril 2020

Pour ACI,

La Présidente,

Pulchérie GBALET.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.