Ethiopie: Le pays déploie son armée près du barrage de la Renaissance

La tension continue de monter autour du projet de barrage de la Renaissance construit par l'Éthiopie sur le Nil. Mais les pays voisins, notamment l'Égypte, s'inquiètent des conséquences sur leur accès à l'eau du Nil. Les relations entre Le Caire et Addis-Abeba sont à couteaux tirés depuis plusieurs mois. Et les choses ne vont pas s'arranger car l'Éthiopie a déployé l'armée près du barrage.

Les images tournées par la télévision d'État éthiopienne parlent d'elles-mêmes : on y voit des chars, des véhicules militaires et des dizaines de soldats se déployer non loin du barrage de la Renaissance. Addis-Abeba montre ses muscles, alors que les négociations avec les pays voisins sont bloquées.

Ce déploiement de force tombe juste au moment où les Éthiopiens célèbrent les 9 ans du chantier. Une construction achevée à 72% et qui va se poursuivre coûte que coûte.

En effet, à l'occasion de cet anniversaire, le Premier ministre a annoncé que les travaux se termineraient en juillet, et que le remplissage du barrage commencerait dans la foulée. « Pour nous, c'est la seconde chose la plus importante après la vie humaine », a déclaré Abiy Ahmed, qui a appelé les Éthiopiens à continuer à financer le chantier par téléphone ou en achetant des obligations.

Malgré la pandémie de coronavirus, le Prix Nobel de la Paix a promis que les travaux iraient jusqu'au bout. Son gouvernement a d'ailleurs rappelé que des mesures avaient été prises pour protéger les ouvriers du Covid-19.

Une marche en avant inquiétante, alors que les États-Unis ne sont plus considérés comme un médiateur objectif par l'Éthiopie. Le Premier ministre soudanais a bien proposé de relancer le dialogue. Abdallah Hamdock souhaite se rendre au Caire et à Addis-Abeba une fois le Coronavirus vaincu. Mais l'Éthiopie ne semble pas du tout vouloir attendre une fin hypothétique de la pandémie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.