Cameroun: Libérez Eric Kouatchou! La place du reporter est sur le terrain pas dans une cellule !

En France, de très nombreux citoyens et habitants, que l'on soit d'accord avec eux ou pas, interpellent au quotidien le président, de De Gaulle à Macron, sur mille sujets. Des scènes épiques avec Nicolas Sarkozy sur la dalle d'Argenteuil, Mitterrand dans la Nièvre, Hollande apostrophé par des agriculteurs, Chirac dans maints endroits et Macron, au salon de l'Agriculture, récemment interpellé par un activiste camerounais sont légion.

Ils n'ont pour cela besoin d'aucune carte de presse, d'aucun pass, d'aucun badge d'un journaliste. Ils n'ont en bandoulière, dans les poches et l'esprit, que leur liberté, valeur sacro-sainte, chèrement conquise à la Révolution sur les décombres de l'Ancien Régime.

Et puis, a t-on déjà vu, dans ce pays-ci, un citoyen, qui ne commet aucune violence, être arrêté juste pour avoir interpellé le président de la République dans la rue, dans un Salon public où toute autre cérémonie, endroit où l'accès est libre? De mémoire d'homme, non!

Alors, comment comprendre qu'un fait concerne, d'une part, le président français et qu'un journaliste soit interpellé au Cameroun, sous le prétexte que sa carte de presse aurait permis à un activiste camerounais de passer entre les mailles du filet et, que d'autre part, aucune plainte ne soit connue contre cet activiste concernant ce fait?

Les auteurs de cette cabale, mus par de sombres desseins, rendent un bien mauvais service à notre pays. Laissant penser qu'au pays de Mongo Beti, l'on peut - encore ?- sous des motifs spécieux, sans fondements, vous envoyer au trou, vous conduire au bagne avec la facilité des bourreaux de Kafka.

Pour Éric Kouatchou, je m'engage

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.