Afrique: Comment les leçons tirées d'Ebola aident l'Afrique à répondre au COVID-19

interview

Des Efforts Considérables Sont Déployés Pour Lutter Contre Le COVID-19 En Afrique Et Dans Le Monde Entier. Le Directeur Régional De L'oms Pour L'afrique, Le Dr Matshidiso Moeti, a Expliqué À Afrique Renouveau Comment Les Leçons Tirées De La Réponse Du Continent À La Maladie Du Virus Ebola Aident Les Pays À Mieux Faire Face À La Pandémie Actuelle De Coronavirus :

Entretien en trois parties avec la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, le Dr Matshidiso Moeti. Elle parle de la préparation et de la réponse de l'Afrique face à la pandémie COVID-19 et du soutien de l'OMS ; des leçons tirées de l' Ebola et de la solidarité internationale dans la lutter contre la propagation du virus.

Vous trouverez la première partie ici et la deuxième partie ici.

Afrique Renouveau : Qu'est-ce que la réponse au virus Ebola a appris à l'Afrique sur la façon de se préparer au COVID-19 ?

Dr Moeti : La leçon importante que nous avons tirée de l'épidémie d'Ebola, et qui est appliquée maintenant, est de savoir comment commencer à travailler tôt au niveau communautaire, car il est important de travailler avec les communautés au début d'une épidémie, en termes de surveillance et de reconnaissance des schémas de la maladie.

Nous avons fortement impliqué les gens, en travaillant par l'intermédiaire de groupes communautaires pour diffuser des informations sur les caractéristiques de la maladie à coronavirus et sur la manière de se protéger. Nous avons également appris qu'il est important non seulement de dire des choses aux gens, mais aussi de les écouter et d'intégrer ces informations dans nos stratégies. Il y a une énorme quantité d'informations - dont certaines sont incorrectes - qui circulent sur ce coronavirus, et nous avons appris de l'expérience Ebola à tendre la main ; non seulement pour envoyer des messages radio, mais aussi pour parler aux gens et les écouter.

Nous nous sommes également appuyés sur les capacités déjà mises en place pour l'épidémie d'Ebola. Par exemple, une partie de la capacité de test en laboratoire a été construite autour de l'expérience d'Ebola. Nous avons beaucoup appris sur le dépistage des personnes au point d'entrée grâce au travail sur Ebola et nous avons maintenant entamé un partenariat solide avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Nous avons également beaucoup appris sur l'échange rapide de capacités, y compris celles des laboratoires, entre les pays.

En ce qui concerne les leçons tirées de l'épidémie d'Ebola, l'une des choses qui, je l'espère, nous aidera, c'est l'expérimentation de thérapies, même si nous les utilisons. En réalisant des essais cliniques, nous avons appris à réunir des partenaires. Nous voyons de nombreuses coalitions d'agences techniques, du secteur privé et de l'OMS se réunir pour étudier le développement de thérapies et de vaccins. Je pense que ce sont là quelques-unes des précieuses leçons tirées de l'expérience d'Ebola et qu'elles seront très utiles pendant cette pandémie.

Quels sont les efforts de solidarité continentaux en cours ?

Au niveau continental, l'une des premières questions, et la plus importante pour nous, était que la capacité de diagnostic était très limitée dans la région. Au début, nous n'avions que deux laboratoires capables de diagnostiquer le COVID-19 et ils offraient leurs services à d'autres pays

africains. Nous envoyions des échantillons à l'Institut Pasteur de Dakar et à l'Institut national des maladies transmissibles de Johannesburg, qui ont également formé d'autres pays.

Nous avons assisté à un échange d'expertise entre les pays, et les ministres de la santé se sont mis en réseau entre eux pour échanger leurs propres expériences et s'offrir mutuellement des idées. Je pense qu'il y a eu une réelle ouverture à l'entraide entre les pays africains et je suis certain que nous continuerons à voir cette solidarité.

Et le secteur privé ?

Le secteur privé a également offert ses services. Nous avons vu un afflux de soutien, notamment en termes de messages de la part de certaines entreprises de communication. Nous nous associerons à elles pour faire en sorte que les gens reçoivent les messages essentiels sur la manière de se protéger et de protéger les autres.

Quels sont les efforts de solidarité internationale en cours ?

Nous avons constaté une réelle générosité et solidarité internationale autour de cette épidémie. Par exemple, la Fondation Jack Ma a offert l'un des produits les plus nécessaires à la riposte : des kits de dépistage. Nous avons également constaté la générosité des donateurs internationaux. Certains, comme l'Union européenne, ont offert des financements, en particulier aux pays à faible revenu.

La Banque mondiale a débloqué 12 milliards de dollars et un certain nombre de pays ont proposé des financements. Des fondations et des entreprises pharmaceutiques ont également offert leur soutien.

Comment saurons-nous quand nous aurons le COVID-19 sous contrôle et que nous pourrons tous, en toute sécurité, mettre fin à la distanciation sociale ?

La réponse des individus, des familles et des ménages pour faciliter la réduction ou l'arrêt de la transmission est l'un des plus grands ajustements [en cours] et la partie la plus importante de cette réponse. À l'heure actuelle, nous ne savons pas quand nous commencerons à voir la fin de cette épidémie. Nous avons vu certains pays, comme la Chine, émerger à l'autre bout du pic et nous pensons que la Corée du Sud est sur cette voie. Ils assouplissent délibérément certaines de ces restrictions. J'ai vu des gens en Chine très joyeux lorsqu'ils sont sortis dans leurs jardins pour la première fois ces derniers jours, mais même alors, leurs déplacements sont encore limités.

Nous devons tous nous assurer que lorsque nous ouvrirons les espaces pour permettre aux gens de commencer à se déplacer, nous continuerons à surveiller attentivement l'évolution du COVID-19 au jour le jour pour détecter toute nouvelle infection avant de permettre à la vie de reprendre son cours normal.

Avez-vous un dernier message ?

Mon message est que nous sommes tous dans le même bateau. La solidarité, la sympathie, l'entraide et le soutien mutuel sont les éléments qui nous permettront de sortir de cette épidémie. J'ai été impressionné de voir comment les gens ont offert de leur temps pour soutenir les autres, en commençant au niveau individuel. Par exemple, là où la [libre] circulation des personnes est interdite, les jeunes ont accepté d'aider les personnes âgées à faire leurs courses. On commence à voir de plus en plus cela dans les pays africains aussi.

Les gens sont prêts à partager leurs connaissances et leurs informations pour s'entraider et nous avons également constaté une solidarité entre les pays. Ainsi, par exemple, le fait que la Chine soit prête à envoyer certains de ses experts dans un pays européen pour l'aider à mettre rapidement en pratique les leçons qu'elle a apprises est le type de solidarité internationale que nous attendons.

L'une des manifestations les plus importantes de cette solidarité, à mon avis, est non seulement de nous protéger nous-mêmes, mais aussi d'être responsable de la protection des autres. Ainsi, ce que nous avons appris sur le fait de ne pas se serrer la main, de ne pas se saluer d'une certaine manière, de renoncer à aller à l'église, même si nous trouvons que cela constitue une partie très importante de notre vie quotidienne, sont des démonstrations que nous pensons aux autres, tout comme nous pensons à nous-mêmes. C'est le message que j'aimerais laisser. Si les gouvernements annoncent des mesures qui, selon eux, vont faire la différence, n'attendons pas que la police ou l'armée nous pousse à nous y conformer. Il est très important que nous appliquions ces pratiques importantes qui contribueront à arrêter le virus.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.