Cote d'Ivoire: Mamadou Samba, Dg de la santé - "Toutes les communes d'Abidjan ont au moins un cas de COVID-19"

Le directeur général de la Santé, Mamadou Samba, et le commissaire Bleu Charlemagne, porte-parole de la police nationale ont coanimé, le dimanche 5 avril 2020 au ministère de la Sécurité et de la Protection civile à Abidjan-Plateau, le point de presse quotidien relatif à la situation du Covid-19 en Côte d'Ivoire en présence de la secrétaire d'État chargée des droits de l'Homme, Aimée Zebeyoux par ailleurs invitée spéciale..

Selon Mamadou Samba, Dg de la Santé, toutes les communes d'Abidjan ont déjà enregistré plusieurs cas de Coronavirus. « Hier la Côte d'Ivoire a compté 245 cas confirmés de Covid. Outre les deux communes Marcory et Cocody , toutes les communes d'Abidjan ont des cas. Il faut que cela puisse être clair dans notre esprit et qu'on puisse prendre des décisions en conséquence.

Toutes les communes d'Abidjan ont au moins un cas de Covid-19. C'est pour cela qu'on dit que l'épidémie est en train de se généraliser », informe le Dg de la Santé. Répondant à la question de savoir si le gouvernement cacherait les vrais chiffres du Coronavirus", Mamadou Samba, a dit : « Non. Tous les soirs, nous faisons un point pour donner l'état de la situation en Côte d'Ivoire.

Et ce point est fait par le ministre et par moi-même. Ce sont les vrais chiffres. C'est vrai qu'il y a eu un seul décès mais le nombre de cas augmente. Ce qui est important, c'est qu'on puisse comprendre que la maladie est importante, grave et mortelle.

Les chiffres que vous avez sont les vrais chiffres ». Concernant la fabrication des masques par les utilisateurs eux-mêmes, le Dg de la Santé a dit ne pas avoir de réponse, et conseille de rester à la maison si l'on n'a pas de masques de protection.

« Je suis désolé mais je n'ai pas de réponse à ce type de question. Ce que je vais vous dire, si vous n'avez pas de masque, restez à la maison.

Et cela va être mieux pour vous, parce que quand vous sortez sans masque, d'autres personnes peuvent vous contaminer », a-t-il conseillé. Il a aussi affirmé que la Côte d'Ivoire a toujours disposé de kits de contrôle sanitaire aux différents corridors.

Au titre de la situation sécuritaire, le porte-parole de police nationale, le commissaire Bleu Charlemagne, a annoncé que plus de cinq cent personnes ont été interpelées depuis le début du couvre-feu en cette période de pandémie à Coronavirus.

Au nom du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, il a appelé la population au civisme sur les questions des transports, des maquis et bars, et de la pratique du sports. Il a dit : « Il nous revient de façon incessante que les camions bénéficiant justement de l'exemption des mesures d'interdiction parce que leurs activités s'inscrivent dans les activités utilitaires d'approvisionnement tant en produits manufacturés qu'alimentaires de la ville d'Abidjan et des régions de l'intérieur, certains esprits-malins, malheureusement plus nombreux, en profitent pour s'adonner au transport en commun de personnes. Je tiens ici au nom du ministre de la sécurité, à dire et à rappeler donc que les questions liées aux transports sont des questions gérées par des textes.

Que toute personne qui sera donc prise en flagrant délit de transport en commun, va répondre de ses actes devant nos tribunaux. Il y a également la question des maquis et bars, restaurants qui font l'objet de fermeture provisoire dans le cadre des mesures prises par le gouvernement de Côte d'Ivoire.

Des esprits malins depuis longtemps s'adonnent, il nous revient, à des ouvertures clandestines des bars, maquis dans les quartiers d'Abidjan ainsi que ceux de l'extérieur. Le ministre de la Sécurité par notre voix, voudrais ici, rappeler respectueusement à ses compatriotes qui ne savent peut-être pas qu'ils se mettent en danger, mais qui puissent mettre la vie des honnêtes concitoyens, qu'ils arrêtent cela sans délai ».

Dans cette période de couvre-feu, la question de "Droits de l'Homme" est d'actualité notamment avec la circulation de vidéos montrant les violences sur les réseaux sociaux. La secrétaire d'Etat chargé des droits de l'Homme, Aimée Zebeyoux a d'ailleurs reconnu certains dérapages en cette période.

« Il y a beaucoup de fake news, en ce sens que lorsque les vidéos circulaient, on constatait qu'elles venaient de tous les pays du monde. Donc il a fallu bien regarder pour faire un tri et savoir si ces vidéos-là étaient de la Côte d'Ivoire.

Nous reconnaissons effectivement qu'il y a eu des dérapages, mais l'État de Côte d'Ivoire a réagi. Le ministre de la Sécurité a pris des mesures en ce sens. Nous-mêmes au secrétariat d'État chargé des droits de l'homme, nous nous sommes rendus sur les lieux pour constater et donner des conseils avisés aux forces de l'ordre, pour demander que désormais, il n'y ait plus ce genre de cas », a-t-elle fait savoir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.