Angola: COVID-19 et l'hygiène des mains

Luanda — L'hygiène des mains, pour prévenir les infections par un virus et des bactéries, n'a jamais été aussi appréciée par le monde, comme on le voit depuis l'apparition soudaine du Covid-19.

L'émergence de la pandémie du nouveau millénaire, avec un rayon écrasant de contagion et de morts massives, change radicalement les habitudes et les coutumes des êtres humains.

À une époque où l'humanité est au bord du plus grand effondrement jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale et sans solutions immédiates pour arrêter la prolifération de ce virus silencieux, invisible et mortel, il n'y a pas d'autre moyen que la prévention.

Pour «échapper» à la pandémie du Covid-19, de nombreuses solutions scientifiques ont été testées dans des laboratoires de référence, mais, depuis cinq mois, la cure n'est encore qu'un rêve.

Faute de vaccins pour lutter contre le coronavirus «indigeste», les gouvernements du monde entier peinent à échapper à un carrefour difficile: sauver l'économie ou ses citoyens?

Face à ce sombre tableau, il est impératif de conjuguer les efforts, qui incluent l'isolement social et l'hygiène individuelle et collective permanente.

C'est sous cet angle que le lavage des mains semble être l'un des "remèdes" les meilleurs et les plus efficaces à la disposition de l'humanité, dans sa lutte acharnée, difficile et méga pour la survie.

Dans le scénario actuel d'incertitudes et de peurs, même les moins attentifs et réticents voient ce simple geste social, souvent ignoré, comme une véritable «bouée de sauvetage».

À en juger par le nombre de cas positifs qui se multiplient dans le monde, il ne fait aucun doute que ce n'est qu'avec cette mesure et d'autres de prévention des risques biotechnologiques qu'il sera possible de vaincre cet ennemi commun.

L'hygiène des mains avec de l'eau et du savon, de l'alcool simple ou du gel est, à ce stade, un atout que tout le monde devrait utiliser, en particulier en Angola, pour arrêter la pandémie.

C'est un geste souvent souligné par les spécialistes comme le plus important pour contrôler les infections dans les services hospitaliers, mais pas toujours respecté à la lettre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.