Congo-Kinshasa: COVID-19 - Éric Tshibasu évoque l'impact de la pandémie sur le football

Entraîneur, sélectionneur et promoteur d'une académie de football à Kinshasa, ÉricTshibasu déplore l'interdiction de terrain à cause du Coronavirus, tout en reconnaissant que la préservation de la santé et de la vie est bien plus importante que le football.

Toutes les activités du football sont suspendues jusqu'à nouvel ordre en République démocratique du Congo à cause de la pandémie du Covid-19. Quasiment confiné à Kinshasa, le sélectionneur des Léopards de moins de 17 ans et de moins de 20 ans, Éric Tshibasu Mubiayi a lui aussi donné de la voix sur cette situation exceptionnelle obligeant tous les sportifs à se terrer dans leurs domiciles afin d'éviter tout risque de propagation.

Rappelons que l'on recense déjà 148 cas, dont 16 décès au samedi 4 avril 2020 en République démocratique du Congo, une situation qui pousse le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a décréter la mise en quarantaine, ou le confinement total, de la commune de Gombe pendant quatorze jours à partir du 6 avril 2020.

« C'est vrai qu'on passe de moments très difficiles aussi bien dans la vie normale que la vie professionnelle, comme vous le savez, nous ne vivons que du football. Et à cause de la pandémie, et tout ce qui se passe avec le Covid-19, on se retrouve en confinement total. Même si l'on est moins confiné qu'en Europe, mais on est interdit de terrain et c'est très difficile, on est obligé de contacter les joueurs, de leur demander de rester en forme en faisant un travail personnel, physique, individuel, pour pouvoir un peu de garder la forme. Mais on sait très bien qu'il n'y a pas mieux que le rythme des matchs et le rythme des entrainements collectifs pour garder cette forme des joueurs», a confié Éric Tshibasu en exclusivité au Courrier de Kinshasa.

Cependant, il a souligné que la santé et la vie sont bien plus importantes que le football. « Mais, il y a des choses plus importantes, c'est la santé, la vie. Donc, on reste vraiment en solidarité qui ont eu à perdre quelqu'un de cher et de proche. Et ceux qui sont malades, ils sont dans nos prières afin qu'ils puissent s'en sortir, on est vraiment de tout cœur avec eux. Ne pas oublier de rester chez vous, et vous laver les mains, de prier et garder la foi, il faut vraiment y croire, et tout ira bien », a argué le promoteur et responsabled'ÉricTshibasu Académie (ETA).

Son académie de football...

Et justement parlant de cette structure pensée depuis 2016, il a expliqué : « L'ETA est une académie de football, qui, pour l'instant, est sous forme de plateforme, par rapport à certains événements, parfois on a des tournois internationaux pour lesquels on peut recevoir des invitations ; et comme l'Académie n'a pas encore les infrastructures et un siège précis, et on essaie de s'arranger en faisant une sélection avec des meilleures académies locales et on s'entend avec elles pour servir de plateforme afin de prendre de bons joueurs dans la sélection et aller faire un tournoi ou une activité donnée ».

Selon Éric Tshibasu, la projection finale de l'Académie va commencer avec les jeunes entre 11 et 14 ans, et la détection se fera un peu partout dans le pays.« Et au fur et à mesure, nous allons avoir nos propres infrastructures, ce qui est vraiment mon objectif, avec différents parrains qui sont déjà prêts à nous soutenir de façon à ce que nous puissions créer vraiment quelque chose », a-t-il révélé. L'ETA, a-t-il fait savoir, ne va pas s'arrêter qu'au football, et il n'y aura pas seulement de garçons, mais également des filles.

« On va vraiment s'étendre sur un projet qui sera énorme, on est entrain de se battre sur ce projet-là », a affirmé le sélectionneur national des Léopards U17 et U20 qui a rassuré qu'il n'y a pas de problème de conciliation entre ses fonctions de sélectionneur national et celui de responsable d'une académie de football à Kinshasa. « Au niveau de l'équipe nationale (les U19), on n'a pas vraiment de calendrier régulier, on a des activités parfois deux ou trois fois par an, il y a des années, comme 2019 par exemple, où l'on on a aucune activité par rapport à l'équipe nationale. Mon calendrier est assez allégé par rapport à la sélection. De ce fait, la conciliation entre les deux ne pose pas problème. De tous les façons,à l'ETA, je ne suis pas tout à fait entraineur, je suis plutôt responsable, c'est plus facile pour moi », a conclu l'ancien entraineur du FC Renaissance du Congo et d'Ujana.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.