Congo-Kinshasa: Mike Mukebayi libéré !

Après six mois et demi passé entre les murs de la prison centrale de Makala, le député provincial Mike Mukebayi Nkoso a été relâché dans la soirée du vendredi 3 avril 2020 et s'est directement rendu à son domicile. C'est ce qu'avait affirmé Me Papy Mbaki, l'avocat conseil de l'élu de Lingwala et membre de la plateforme Lamuka.

La Cour constitutionnelle avait rendu le 7 février 2020, un arrêt le réhabilitant et ce n'est que le week-end dernier que cet arrêt a connu son exécution.

Mike Mukebayi avait été suspendu depuis le 3 juin 2019, pour une durée de 12 mois, par l'Assemblée provinciale de Kinshasa (APK) pour "diffamation et chantage, avec rétention de ses émoluments, en plus d'une interdiction formelle de se présenter au siège de l'APK". Ensuite, le Parquet général de la Gombe avait autorisé la détention provisoire du député provincial le 16 septembre, à la prison centrale de Makala pour « imputations dommageables » à l'endroit de Daniel Mwananteba, un proche de l'UDPS, le parti au pouvoir, et de Sakombi Molendo, actuel ministre des Affaires foncières.

Intenter une action en justice contre la ville de Kinshasa...

Pour l'avocat conseil de Mike Mukebayi, dès lors que la Cour constitutionnelle avait prononcé l'annulation de la décision du Bureau de l'Assemblée provinciale de Kinshasa portant suspension de son client, levant ainsi ses immunités parlementaires, cette action devait être actionnée.

Une fois ses immunités parlementaires recouvrés, il y a donc lieu pour lui d'intenter un procès, pour réclamer des dommages et intérêts pour les préjudices subis, contre la ville de Kinshasa d'autant plus que l'APK n'a aucune personnalité juridique. "Etant donné que l'Assemblée provinciale de Kinshasa n'a pas de personnalité juridique, mon client pourra intenter un procès contre la ville de Kinshasa de qui dépend l'Assemblée provinciale qui a maladroitement levé ses immunités parlementaires tel que jugé par la Cour constitutionnelle le 7 février 2020, pour le livrer à la justice. Comprenez ici que la décision de l'Assemblée provinciale a été déclarée anticonstitutionnelle", martèle Me Papy Mbaki.

Pour rappel, Mike Mukebayi avait été détenu pour la première fois en 2014 toujours à la prison centrale de Makala pour «diffamation et délit de presse », alors qu'il était éditeur du journal « Congo news». Il avait publié dans son journal un article accusant l'archevêque et Cardinal émérite de l'Eglise Catholique de la RD Congo, Mgr. Laurent Mosengwo Pasinya, "de recevoir des pots de vin du régime de l'ancien président, Joseph Kabila, pour acheter son silence concernant les affaires politiques".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.