Libye: L'UE se déploie pour appliquer l'embargo sur les armes

Malgré la déclaration signée en janvier à Berlin, l'embargo sur les armes est régulièrement violé en Libye. Ce qui a obligé le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter la résolution 2510.

Ce texte rappelle les engagements pris à Berlin en faveur du respect de l'embargo sur les armes et exige de tous les États membres une conformité à l'embargo sur les armes et la cessation de toute forme d'appui aux mercenaires armés et leur retrait total.

En raison de désaccords entre certains États de l'Union européenne (UE), l'opération Eunavfor Med Sophia Irini a été approuvée par les 27. Cette nouvelle opération navale a pour mission se concentrer prioritairement sur la mise en oeuvre de l'embargo sur les armes destinées à la Libye.

L'UE précise qu'elle aurait recours à des "moyens aériens, satellites et maritimes [et qu'elle] pourra effectuer des inspections de navires en haute mer au large des côtes de la Libye soupçonnés de transporter des armes ou du matériel connexe à destination et en provenance de la Libye conformément à la résolution 2292 (2016) du Conseil de sécurité des Nations Unies".

Le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell a rappelé que "seules des solutions politiques et le plein respect de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU apporteront une solution à la crise libyenne. Mais la diplomatie ne peut réussir que si elle est appuyée par l'action.

L'opération Eunavfor Med Irini aura le mandat de surveiller et recueillir des informations sur les exportations illicites de Libye de pétrole, de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés", de contribuer au renforcement des capacités et à la formation des garde-côtes et de la marine libyens aux tâches d'application de la loi en mer, et à la perturbation du modèle économique des réseaux de trafic et de traite d'êtres humains par la collecte d'informations et les patrouilles par les avions, sous le commandement du contre-amiral Fabio Agostini. Les contributions des États membres restent à définir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.