Congo-Kinshasa: Affaire Bakata Katanga - Les députés et sénateurs du Haut-Lomami exigent l'ouverture d'une enquête

Dans une déclaration lue par le député Gaspard Muntokole au nom du caucus des députés nationaux et sénateurs du Haut-Lomami le samedi 4 avril au Palais du peuple, siège du Parlement, les élus de cette province exigent que cette enquête soit indépendante et rigoureuse en vue d'identifier et sanctionner les commanditaires des actes de violence vécus, le 28 mars, notamment à Lubumbashi, Likasi et Kasumbalesa à la suite de l'incursion de la milice Bakata Katanga de Gédéon Kyungu Mutanga.

Tout en indiquant qu'ils vont mettre tous les moyens constitutionnels en œuvre afin d'établir les responsabilités politiques des personnes impliquées dans ce carnage, les députés nationaux et sénateurs de la province du haut-Lomami vivant à Kinshasa condamnent « ce comportement qui méconnaît les valeurs humaines, notamment le droit à la vie et au traitement humain, protégées par la déclaration universelle des droits de l'Homme et la Constitution du pays. ils affirment, par ailleurs, qu'ils « n'accepteront plus jamais qu'un tel comportement, de nature à exterminer et à humilier les katangaises et katangais sur leur sol, se reproduise sous prétexte d'assurer la sécurité de l'Etat.

Ils dénoncent l'usage abusif et disproportionné de la force dont ont fait montre les forces de l'ordre qui pourtant étaient en face des manifestants civils, inoffensifs et facilement maîtrisables. « Au lieu d'encadrer cette manifestation, les forces de l'ordre ont plutôt fait usage de la force disproportionnée, intentionnellement dirigée contre les manifestants faisant ainsi selon les sources concordante au moins quarante personnes abattues, vingt-deux grièvement blessées et une cinquantaine des personnes arrêtées.

Pour le caucus des députés nationaux et sénateurs du Haut-Lomami, les forces de l'ordre ont délibérément et systématiquement abattu, à bout portant , les blessés qui, aux termes des conventions de Genève de 1949 et de leurs protocoles additionnels, bénéficient d'un traitement particulier, car n'étant plus nuisibles. cette déclaration a été signée par les deputés et senateurs félix Kabange Numbi, Odette Mwamba, Kabuya Lumuna, Damas Muba Kitwa, Ida Kitwa Godalena...

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.