Madagascar: Dette publique - Pas de risque de surendettement pour le pays

Le poids de la dette demeure soutenable et permet à Madagascar d'avoir la possibilité d'obtenir d'autres financements pour le développement.

« Les résultats de la dernière Analyse de la viabilité de la dette (AVD) ont montré un faible risque de surendettement extérieur du pays ». C'est ce qu'annonce notamment le ministre de l'Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, dans un communiqué que son ministère a publié concernant le déblocage d'un financement d'urgence de 165,99 millions de dollars pour Madagascar.

Confiance. Une nouvelle rassurante de la part du Grand argentier, quand on sait que cette absence de risque de surendettement est synonyme de possibilité d'obtenir d'autres financements. On sait d'ailleurs que des soutiens financiers supplémentaires d'autres partenaires au développement sont en cours de négociation. Et ce, au-delà de ceux qui avaient déjà été décidés avant le déclenchement de la pandémie de coronavirus. En somme, malgré la parenthèse coronavirus, les relations des bailleurs de fond avec Madagascar se poursuivent. Pour revenir à la Facilité de crédit rapide (FCR) que Madagascar vient d'obtenir, il s'agit d'un fonds destiné à aider le pays à répondre à ses besoins urgents face à la pandémie du nouveau coronavirus COVID-19. Le décaissement de ce fonds, prévu normalement cette semaine, prouve en tout cas la confiance affichée par le Fonds monétaire international (FMI) vis-à-vis de Madagascar.

Efforts. D'ailleurs, lors de la négociation par visioconférence qui a précédé l'approbation de ce financement, l'équipe du FMI n'a pas manqué de saluer les efforts entrepris par les autorités malgaches dans la gestion du pays à travers la maîtrise des grands agrégats économiques. Entre autres, il a été cité les réalisations des recettes des deux premiers mois de l'année 2020 des administrations fiscale et douanière, qui sont en ligne avec les prévisions du FMI.Ce dernier a également félicité le gouvernement malgache qui a su prendre des mesures appropriées pour atténuer le choc de la pandémie du coronavirus. On peut notamment citer les mesures fiscales urgentes pour soutenir l'économie et renforcer la protection sociale ; le soutien immédiat aux plus vulnérables, notamment par le biais de dons d'aliments de base ; la suspension de certaines taxes et cotisations sociales pour soutenir le secteur privé ; ainsi que la fourniture de liquidités pour préserver la stabilité du secteur financier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.