Ethiopie: Barrage de la renaissance - L'Ethiopie sort le muscle

Addis-Abeba déploie les troupes autour de l'ouvrage et se dit déterminée à poursuivre les travaux alors que les négociations avec ses voisins sont au point mort.

Il y a de l'électricité dans l'air autour du chantier de construction du barrage de la renaissance sur les eaux du Nil par l'Ethiopie. Depuis quelques jours, Addis-Abeba a entrepris un mouvement des troupes pour sécuriser les ouvriers à l'œuvre sur ce chantier, principale pomme de discorde avec l'Egypte et le Soudan, opposés à la réalisation de cette infrastructure. Les deux Etats voisins craignent à terme une diminution des débits d'eau et des apports de limon.

Ces derniers temps, la télévision publique éthiopienne diffuse en boucle des images des chars, des blindés et des hommes prenant possession des lieux. Il y a quelques jours, les autorités éthiopiennes ont profité de la célébration des neuf ans du lancement de ce chantier pour redire leur détermination à achever les travaux en juillet prochain. «Pour nous, c'est la seconde chose la plus importante après la vie humaine», a déclaré le Premier ministre éthiopien. Abiy Ahmed a à l'occasion invité ses compatriotes à poursuivre le financement du chantier à travers l'achat des obligations. Cette nouvelle montée de tension intervient alors que les négociations placées sous la médiation américaine sont en arrêt

. Addis-Abeba ayant décidé de ne plus reconnaitre les Etats-Unis comme étant un arbitre objectif dans ce différend. Du côté de Khartoum, l'on donne encore une chance au dialogue. Le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdock entend se rendre au Caire en Egypte et à Addis-Abeba, une fois le Coronavirus vaincu. D'une puissance de 6 450 mégawatts, cette infrastructure baptisée «Grand barrage de la renaissance éthiopienne» est appelée à devenir à terme le plus grand barrage hydroélectrique de l'Afrique. Elle devra aussi permettre au pays d'Abiy Ahmed de développer l'agriculture irriguée, quasi inexistante avec 3 % de ses surfaces agricoles.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.