Sénégal: Matam / Huit cas suspects déclarés négatifs, 68 personnes suivies sont libres

Il y'a eu depuis le 2 mars, 8 cas suspects qui ont été suivis en dehors des alertes qui n'étaient pas éligibles et qui ont été éliminées. Sur ces huit cas, tous les tests effectués, parmi lesquels ceux du chauffeur du chérif, par l'institut Pasteur, se sont révélés être négatifs.

«Le nécessaire est fait et aujourd'hui, la région ne se trouve pas dans la situation de mettre des personnes en quarantaine, mais nous allons les mettre en confinement le temps d'avoir les résultats envoyés en test», a déclaré le médecin chef de région sur les ondes de la Rts (antenne régionale).

Pour préciser que, «si les résultats sont négatifs, les suspects sont libérés mais au cas contraire, si les résultats sont positifs, tous les contacts qui avaient été tracés avec l'aide du suspect, seront déployés au niveau des sites d'accueil où ils seront mis en quarantaine durant 14 jours».

Dans cette lutte contre la pandémie que mène au quotidien les personnels de la santé, c'est surtout le nombre de contacts autour du suspect qui fait peur.Dans la région un seul cas suspect qui a été testé négatif par la suite, a de l'avis du médecin chef, «conduit au recensement de 68 contacts qui auraient été installés dans des hôtels pour un suivi pendant 14 jours. Au grand bonheur des populations, ce cas suspect a été testé négatif et les 68 personnes qui étaient retenues sont aujourd'hui libres».

Le cas du marabout mauritanien (testé positif au coronavirus), qui avait séjourné au Sénégal, conduit par un chauffeur habitant du département de Matam, n'avait cessé d'agiter les inquiétudes des populations des régions de Matam et surtout celles de Tambacounda où un de ses contacts est tombé malade du coronavirus.

«Il y'a eu le cas que nous avons échangé avec la Mauritanie, à Kaédi où avec la collaboration des médecins mauritaniens, nous avons pu avoir le nom du chauffeur. Les villageois nous ont aidé à retrouver cette personne qui a été particulièrement coopérative car elle nous a permis de retracer d'autres personnes qui sont en dehors de la région», déclare l'autorité de la santé qui affirme que d'autres suivis ont été déroulés avec diligence dans le département de Kanel.

«Ce qu'il faut éviter, c'est la stigmatisation car, cela reste un travail professionnel. Devant une maladie qui est là, il s'agit de protéger les populations et cela reste de la santé publique», renchérit-il.

Le cas du chauffeur du chérif mauritanien !

En retraçant son odyssée, le chauffeur du chérif mauritanien continue de louer les grâces du seigneur et de tous les saints après avoir été testé négatif. «Je remercie le Tout puissant de n'avoir pas été déclaré positif, car j'ai été en contact avec plusieurs personnes», déclare t- il.

«J'ai conduit le chérif au «Daaka» de Médina Gounass où nous avons passé une nuit avant de repartir le lendemain à Tamba, Goudiri et au village de Kankanbé où nous avons aussi passé la nuit. A bord du véhicule, nous étions quatre car, nous avions deux passagers, en l'occurrence, le marabout de Kankanbé chez lequel nous avons passé la nuit et un habitant de Samba Yiré que nous avons déposé au carrefour de Bakel avant de rejoindre Ourossogui», explique t-il.

Compte tenu de l'heure tardive, le chérif a choisi de passer la nuit dans un village situé à quelques kilomètres de Ourossogui, avant de rallier Gourel Oumar Ly à partir de la route du Ndandé Mayo, où la traversée n'a pu se faire qu'à 16 heures, car, il était déjà midi et le bac ne faisait plus de traversée à cette heure.

«Le chérif qui avait traversé à partir d'une pirogue, est revenu à bord du bac qui avait repris service à 16 heures, accompagné d'un chauffeur mauritanien. J'étais resté dans le véhicule du côté sénégalais... »

«Quelques heures après je suis rentré à bord d'un véhicule de transport en commun qui assure la desserte vers Bokidiawé», ajoute t-il.Par la suite, le chef religieux sera déclaré «positif» au coronavirus et interné par le médecin de Kaédi, avant qu'un de ses compagnons de voyage habitant le village de Kankanbé ne le soit à sont tour.« A cet effet, j'ai reçu plusieurs appels en provenance d'abord de proches et par la suite du médecin chef, avant que le chef du village m'interpelle pour aller ensemble au niveau du poste de santé ...

Le médecin est arrivé presque au crépuscule pour me prendre des prélèvements et me demander de porter un masque tout en m'isolant du reste de la famille. J'ai attendu dans la tourmente les résultats des tests qui se sont révélés être négatifs. Je remercie le tout puissant car ma contamination aurait été un grand désastre »...

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.