Madagascar: Confinement et couvre-feu - Certains recoins restent des zones dangereuses

On remarque une régression marquante du nombre d'actes de banditisme avec l'état d'urgence sanitaire décrété.

Effectivement, durant les deux premières semaines de confinement, on ne compte plus dans la capitale que quelques actes de banditisme, dont une attaque à main armée. Celle-ci s'est déroulée à Ambatoroka, mais les malfrats ont été neutralisés à temps. L'un d'entre eux a été abattu durant un échange de tirs nourris. Le couvre-feu appliqué dans tout Tananarive porte bien ses fruits en matière de sécurité publique, surtout en ce qui concerne les affaires de grand banditisme. Cependant, dans les quartiers populeux, le quotidien des bandits n'a pas trop changé.

Ainsi, à Ambodivona, un père de famille a été victime d'un vol à la tire suivi d'une agression en rentrant chez lui. « Vers 20 heures, alors que je venais de finir de travailler et que j'allais rejoindre ma famille, trois individus s'en sont pris à moi. Je les ai vu venir et j'ai essayé de résister avec le gaz poivre que j'emmène toujours. Cela n'a pas trop fait d'effets et en situation d'infériorité numérique, je n'ai eu l'option que de les laisser finir leur travail. Mon téléphone portable et mon sac à dos ont été emportés par ces malfrats », a témoigné un journaliste victime de l'atrocité.

A Isotry, quelques habitants victimes de vols à la tire ont alerté les forces de l'ordre. Mais la police a vite réagi et a pu mettre la main sur quatre jeunes, qui sont pourtant de vrais professionnels en la matière. Ceci dit, certains recoins demeurent rouges malgré toutes les mesures prises ne laissant personne sortir. Il est peut-être temps de sauter sur l'occasion pour les forces de l'ordre et pour aller dans le dédale des ruelles jamais investies, en sus des fouilles d'usage sur les axes principaux.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.