Tunisie: Gabès Cinéma Fen, premier festival de cinéma en ligne dans le monde arabe

interview

« C'était un mal pour un bien. Cela a permis d'ouvrir le festival à un nouveau public. » Suite au confinement dû à la crise du coronavirus, le festival Gabès Cinéma Fen propose jusqu'au 11 avril gratuitement toute sa programmation en ligne. Une première en Tunisie et dans le monde arabe.

C'est une initiative culturelle originale et une bonne occasion de changer un peu l'image de Gabès, ville industrielle dans le sud-est de la Tunisie, réputée être l'une des plus polluées d'Afrique. Dans ce temps du coronavirus et du confinement, au lieu de réunir les cinéphiles dans les salles de cette ville de 130 000 habitants, cet ambitieux festival de cinéma d'auteur et de vidéos d'art invite à visionner les films et débattre avec les cinéastes en ligne. Entretien avec Sami Tlili, cinéaste et directeur artistique du festival.

RFI : Cette édition en ligne du festival Gabès Cinéma Fen, de quelle façon représente-t-elle une première pour vous et le cinéma en Tunisie ?

Sami Tlili : C'est la première fois qu'on assiste à un festival en ligne en Tunisie et aussi dans le monde arabe. Une première dictée par les circonstances, parce que cette deuxième édition aurait dû se dérouler dans les salles de cinéma. Après, avec le Covid-19, on a dû s'adapter. C'est un jeune festival, pour nous, c'était important de maintenir l'élan du festival. Donc, en concertation avec les membres de l'équipe, le public du festival, les associations de cinéma et de jeunes à Gabès, on a décidé de maintenir le festival en ligne. Aussi bien les films que la section Art vidéo, une section phare du festival.

Maintenir le festival en ligne était d'abord la conséquence d'une contrainte. Quatre jours après l'ouverture, des avantages apparaissent-ils déjà ?

Oui, on s'est rendu compte que c'était un mal pour un bien, parce que cela a permis d'ouvrir le festival à un nouveau public. Les salles de cinéma ont une capacité bien déterminée : 300, 500 ou 700 places. Sur Internet, il peut y avoir plus de spectateurs. Le festival était censé à se dérouler à Gabès. Maintenant, il y a des spectateurs aussi bien à Tunis ou dans le nord ou dans le sud ou dans d'autres parties de la Tunisie. C'est bien aussi d'ouvrir le festival à un nouveau public, qui n'est pas forcément cinéphile, mais qui, face au confinement général, est en train de regarder et de découvrir ces films d'auteur et ces vidéos d'artistes.

Après, je reste convaincu que les salles restent les lieux appropriés pour projeter les films. Mais, vu des circonstances exceptionnelles, il faut des mesures exceptionnelles. Sinon, j'espère que cette situation va se débloquer rapidement et que les gens pourront retrouver les salles de cinéma, les théâtres et les galeries d'art.

Vous avez programmé une quarantaine de courts et longs métrages ainsi que des vidéos d'art. Tout cela gratuitement. Même des films récents avec une carrière internationale comme Tlamess, du Tunisien Ala Eddine Slim, Portrait de la jeune fille en feu, de la Française Céline Sciamma, Talking About Trees, du Soudanais Suhaib Gasmelbar ou Les Misérables, de Ladj Ly. Comment avez-vous réussi à convaincre les producteurs et distributeurs de jouer le jeu en ligne ?

La compétition est ouverte aux réalisateurs et réalisatrices issus des pays arabes. Après, il y a des sections hors compétitions comme le Cinéma du monde où l'on programme des films internationaux. Sans la solidarité des réalisateurs, distributeurs et producteurs, il était impossible d'organiser cette édition. Après sa première édition, le festival a eu de bons échos et une bonne réputation au niveau de la qualité de sélection. C'est un festival avec une vision artistique et politique claire. Cela a encouragé les distributeurs et réalisateurs à y participer. Donc, même quand on est passé en ligne, la majorité des faiseurs de film a appuyé cette initiative, parce qu'ils ont confiance dans le festival et soutiennent la démarche artistique du festival.

En Tunisie, y a-t-il une chronologie des médias comme en France où la loi exige une sortie en salles au moins trois ou quatre mois avant la VoD ?

Oui, il y a cette contrainte aussi en Tunisie. Mais les distributeurs en Tunisie, aussi bien que les distributeurs internationaux, se sont montrés indulgents et compréhensifs face à cette crise. Donc, ils étaient plus indulgents et plus tolérants. Il y a des films qui ont fait leur sortie commerciale, mais il y a aussi des films qui n'ont pas fait leur sortie commerciale. Malgré cela, les réalisateurs, producteurs et distributeurs ont accepté que cela passe sur internet, vu que ce sont des circonstances exceptionnelles.

« C'est la première fois qu'on assiste à un festival en ligne en Tunisie et aussi dans le monde arabe. » Sami Tlili, directeur artistique de Gabès Cinéma Fen, en Tunisie.

Dans votre festival, il y a un volet avec des longs métrages uniquement accessible sur le territoire tunisien et un autre volet, avec des vidéos d'art de plusieurs continents, accessible en ligne dans le monde entier. Ce dispositif, a-t-il permis d'élargir le public au-delà de la Tunisie ?

Nous avons été contraints de restreindre l'accès aux films à la Tunisie. C'était la condition des distributeurs et producteurs, et c'est compréhensible. En revanche, la section Art vidéo est accessible au monde entier. Dans les interactions sur la page du Festival, j'ai remarqué qu'il y a un nouveau public. Par exemple, les séances de débat diffusées sur la page Facebook du festival sont suivies par des personnes en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient... C'est un avantage offert par cette version «en ligne» du festival. Cela a permis à un nouveau public de découvrir le festival et d'y participer.

Le festival se déroule sur Artify.tn, la première plateforme de streaming tunisienne. Est-ce qu'Artify profite du confinement généralisé ou est-ce surtout Netflix qui rafle tout, comme un peu partout dans le monde.

Bien sûr, Netflix reste la plateforme préférée des jeunes, mais Artify a remarqué une nette augmentation sur leur plateforme depuis le confinement. Après, ils ont aussi profité de la visibilité donnée par le festival.

Gabès Cinéma Fen ambitionne d'apporter une «réflexion sur les images du monde arabe». Vous voulez interroger «le pouvoir de l'image et de l'injuste géographie de la représentation». Que vous inspire notre époque du confinement et de la crise du coronavirus par rapport à la représentation du monde arabe ?

Il y a cette obsession, aussi bien en Tunisie que dans d'autres pays, de toujours se poser la question comment l'autre nous voit. Je pense qu'il faut cesser de se poser cette question et d'essayer être nous-même, de penser ce que nous, on pense de nous-même.

Dans le futur, est-ce imaginable d'avoir, en plus du festival sur place, aussi une édition parallèle ou complémentaire en ligne? Est-ce que cette première édition en ligne va changer le futur de votre festival ?

La question se pose de plus en plus, vu l'évolution technologique, la situation dans le monde et le changement dans les réflexes des cinéphiles. J'ai remarqué, depuis l'année dernière, de grands festivals internationaux ont commencé à expérimenter un peu cette idée en réduisant l'accès, en laissant certains films sur leur plateforme en ligne, juste pour les accrédités du festival ou les professionnels.

Est-ce économiquement viable ?

Notre festival est un festival à but non-lucratif. Déjà, à la première édition, les prix étaient symboliques pour permettre aux jeunes ou aux étudiants d'assister aux films. La billetterie ne représente pas une grande part dans les revenus du festival.

► Le Festival Gabès Cinéma Fen propose du 3 au 11 avril 2020 toute sa programmation en ligne (dont une partie est réservée aux internautes situés en Tunisie).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.