Burkina Faso: COVID-19 - Plus d'un milliard F CFA pour soutenir la culture

Le comité de suivi des modalités d'accompagnement de l'Etat pour la relance du secteur de la culture, de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme après COVID-19 a été officiellement mis en place, le lundi 6 avril 2020 à Ouagadougou.

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a énoncé, le 2 avril dernier, dans son second message à la nation sur la pandémie du Coronavirus, une batterie de mesures en vue de soutenir de nombreux secteurs vitaux, dont la culture. Pour soutenir la relance du secteur de la Culture, des Arts et du Tourisme, l'Etat a prévu, selon le premier responsable du département, Abdoul Karim Sango, 1 025 000 000 F CFA.

Les membres du comité de réflexion sur le plan d'appui aux acteurs culturels burkinabè ont été, à cet effet, installés officiellement, le lundi 6 avril 2020 à Ouagadougou. Le comité est composé, a précisé le ministre Sango, des cadres de son département et des représentants des faîtières des structures relevant de la culture et du tourisme.

Il comprend 10 membres, a-t-il dit, présidé par le conseiller technique au ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Rasmané Kamba.

« J'attends de vous que vous puissiez après un conclave de 4 jours, déterminer les modalités de l'accompagnement de l'Etat pour la relance du secteur de la culture, de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme après le COVID 19 « , s'est-il adressé aux membres du comité.

Pour M. Sango, la priorité absolue du gouvernement est d'atténuer, par des actions concrètes, les effets de la pandémie du coronavirus, sur l'économie nationale, en général et sur le secteur de la culture et du tourisme en particulier. Les principales missions de ce comité, a-t-il souligné, sont multiples.

Il s'agit, a cité M. Sango, de déterminer les formes de préjudice, d'identifier les activités déjà programmées et non mises en œuvre du fait du COVID-19, de déterminer les critères d'accompagnement pour chaque situation, de déterminer les conditions possibles d'accompagnement, afin de disposer d'une série de propositions à transmettre à qui de droit. « Ce n'est pas un dédommagement.

Car, le gouvernement n'est pas responsable. C'est un cas de force majeure qui s'est imposé à lui et à l'ensemble du peuple burkinabè. Il s'agit là de mesures d'accompagnement. Toute fausse facture fera l'objet de procédure pénale en bonne et due forme », a prévenu le ministre Sango.

A l'issue des 96 heures, le comité de réflexion dégagera, a-t-il soutenu, un canevas de relance et d'accompagnement des activités du domaine culturel au cours de cette période de lutte contre le COVID-19.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.