Cameroun: Télétravail - Difficile accommodation

Le travail à domicile devient de plus en plus courant depuis l'épidémie de coronavirus.

Quand ce n'est pas le matériel qui fait défaut, c'est la connexion Internet et les coupures intempestives d'énergie électrique qui plombent cette innovation.

Le télétravail. Le mot n'a jamais autant été utilisé. S'il reste jusqu'ici le concept prôné pour éviter les contacts en assurant la continuité du service, sa mise en œuvre est confrontée à plusieurs difficultés. Fabienne Bella est cadre dans une entreprise du secteur de l'audiovisuel. Le télétravail chez eux se résume à l'application WhatsApp. « C'est un peu difficile. La plupart de mes collègues n'ont pas d'ordinateurs portables. Après les premiers essais sur d'autres plateformes notamment Google Plateforms, on a abandonné.

Pour travailler sur cet espace, il faut une bonne connexion Internet et une bonne Ram, sinon ça traîne et c'est pénible », explique-t-elle. C'est que l'expérience avec ce nouveau concept n'est pas toujours heureuse dans notre contexte. « Le télétravail au Cameroun, ça relève encore du rêve. Même les grandes entreprises ont du mal à l'appliquer. Cela nécessite des préalables, une bonne connexion, de l'électricité de qualité, entre autres. Convenons que ce n'est pas donné», rajoute un employé dans une entreprise de la place. Parce qu'en fait, le télétravail implique de travailler chez soi, donc pas avec les mêmes ressources que l'entreprise mobilise dans ses locaux. « Ce n'est pas avec la connexion instable qu'on a là qu'on pourra avoir des rendements avec le télétravail.

Une connexion qui ne vous permet pas d'envoyer un simple mail », dénonce Steve Belibi, entrepreneur. Des administrations et autres entreprises font tout de même des efforts pour relever ce pari. C'est le cas du ministère des Forêts et de la Faune qui vient d'acquérir du matériel approprié notamment des logiciels, Modems et clés Usb. Au ministère des Postes et Télécommunications aussi, on annonce la mise en place d'une plateforme de vidéo conférence et de messagerie intégrée. Pour cet autre cadre d'une entreprise de téléphonie mobile, la structure qui l'emploie a l'expérience du télétravail. « La nouveauté avec le contexte actuel est qu'il y a plus de personnes qui travaillent à domicile. En termes de nouvelles dispositions, c'est juste une meilleure planification », explique notre source.

Sa collègue ajoute qu'un réseau privé virtuel a été mis à leur disposition ainsi que des laptops pour ceux qui avaient un poste fixe au bureau. La Pme où Paul Ndjeng offre ses services n'a pas pu s'offrir le luxe d'une grande quantité de nouveaux matériels mais deux modems en plus de ce dont ils disposaient déjà, permettent aux gens de travailler à partir de chez eux. Mais dans cette entreprise à effectif réduit, c'est davantage le travail en alternance qui est prôné. Des opérateurs de téléphonie mobile, principaux accusés dans le manque d'efficacité de cette forme de travail proposent néanmoins des offres pour travailler en toute performance à la maison. Des flybox, des forfaits, etc., sont proposés. Selon Benedict Ndinwa, chef de département communication commerciale et institutionnelle à Camtel, les offres ont été réadaptées pour permettre aux administrations et entreprises de tenir leurs vidéoconférences en toute sécurité.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.