Sénégal: Hissène Habré bénéficie d'un congé pénitentiaire

L 'ex président tchadien Hisséne Habré

En raison de la pandémie du Covid 19, le Sénégal a autorisé lundi (06.04) l'ex-président tchadien Hissène Habré à quitter la prison du Cap Manuel de Dakar pendant deux mois. Il a été placé en résidence surveillée.

La justice du Sénégal a autorisé l'ancien président tchadien, Hissène Habré à quitter pendant une durée de 60 jours, la prison du Cap Manuel son lieu de détention. Il purgeait une peine de prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité.

Raisons invoquées par les juges : ce centre de détention doit abriter la quarantaine de prisonniers dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Hissène Habré a donc pu regagner son domicile de Dakar où il est assigné en résidence surveillée.

Requête

Le 26 mars, son avocat, Mamadou Diawara, a formulé une demande de permission de 60 jours en raison de la pandémie de Covid-19 et surtout du fait de l'âge de Hissène Habré qui est "particulièrement vulnérable" à une contamination en milieu carcéral.

Selon le juge, Boubacar Ndiaye Fall, la sortie temporaire de l'ex-président tchadien "augmenterait automatiquement la capacité d'hébergement de la prison". Tandis que sa présence "est de nature à handicaper les efforts déployés par l'administration dans ce combat" contre le covid 19.

Cependant, "l'ancien président réintègrera l'établissement pénitentiaire du Cap Manuel, immédiatement, à l'expiration de l'autorisation de sortir", a précisé le juge de l'application des peines.

Colère des victimes

Au micro de la DW, Clément Abaifouta, le président de l'association des victimes du régime de Hissène Habré a indiqué que l'ex-président vit déjà dans une prison dorée. "Comparativement à ce que Hissène Habré a fait à nous autres, il est lui Habré, dans une prison que j'appelle un eldorado. Il a la télé, la climatisation. Nous, on n'avait pas tout cela" s'était-il indigné.

Hissène Habré, 78 ans, a dirigé le Tchad entre 1982 et 1990. Il a été arrêté en 2013 avant d'être condamné le 30 mai 2016 à la prison à vie par les Chambres africaines extraordinaires après avoir été déclaré coupable de crimes contre l'humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement.

Une commission d'enquête tchadienne a chiffré à 40.000 morts le nombre des victimes de la répression pendant son règne.

Après son renversement en décembre 1990 par son ancien chef d'état-major, Idriss Déby Itno, l'ex-président tchadien s'est réfugié à Dakar au Sénégal.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.