Angola: L'auscultation pour la privatisation des unités textiles sera online

Luanda — L'Institut de Gestion des Actifs et des Participations de l'Etat (IGAPE) tiendra, jeudi 9 avril, via Internet, des séances de consultation publique sur la privatisation des unités industrielles textiles, des entreprises agro-pastorales et agro-industrielles (fermes).

Selon une note parvenue lundi à l'Angop, les sessions, qui étaient prévues pour le 18 mars, ont été reportées en raison de la pandémie du coronavirus, qui touche plusieurs pays du monde, dont l'Angola, qui compte déjà 16 cas positifs.

Pour la session d'écoute de la privatisation des unités de l'industrie textile, telles que Nova Textang II (Luanda), África Têxtil (Benguela) et Satec (Cuanza Norte), les inscriptions se font aux liens suivants: (https://us04web.zoom.us/webinar/register/WN_hySoZ2k0TpOvi66-tGLCgA) Concernant l'audition pour la privatisation des projets l'agro-pastoraux et agro-industriels, les parties intéressées peuvent accéder au lien (https://us04web.zoom.us/webinar/register/WN_NUqr0keITfy53xt6YL0Vow) La session, en ligne, sera dirigée par le président du conseil d'administration de l'IGAPE, Patrício Vilar, en deux périodes (matin et après-midi).

Dans le cadre de l'accord financier conclu entre le gouvernement angolais et la banque japonaise JBIC, l'Exécutif a investi 1,2 milliard USD, dont 251 millions USD pour la Nova Textang II et 420 millions USD chacun pour Africa Textile et Satec.

La Nova Textang (Luanda) et les autres unités ont été privatisées en 2013 par le ministère de l'Industrie, via IDIA - Institut de Développement Industriel d'Angola, dans le cadre d'un appel d'offres public selon lequel cette institution n'était pas compétente pour le faire, en raison du volume des investissements.

Les unités textiles sont inutilisables, y compris la Textang II, avec une capacité de production annuelle de neuf millions de mètres linéaires de tissu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.