Cameroun: Fermeture des frontières - Pas moyen de contourner

Les forces de défense et de sécurité patrouillent le long du fleuve Ntem et la côte atlantique.

Remi Edjanguélé et ses deux acolytes n'iront pas plus loin que leur plan. Le trio qui voulait se rendre en Guinée équatoriale a été stoppé au bord du fleuve Ntem, au village Mabiogo par les éléments du 11e Bataillon des fusiliers marins (BAFUMAR). Depuis la fermeture des frontières, une des prescriptions du gouvernement pour barrer la route au Covid-19, certains commerçants ont utilisé des pistes bien connues par les habitants des villages situés sur les rives du Ntem.

Loin de tous les regards, deux sites étaient alors opérationnels : les villages Mabiogo et Bissepsep. Ici, on va en Guinée équatoriale à bord d'une pirogue à pagaie. Informé de cette voie de contournement, le sous-préfet de Campo, Joël Eteme Elanga, a sollicité l'appui des éléments du 11e BAFUMAR. Ceux-ci scrutent alors à la loupe le fleuve Ntem. Quant à la côte, la surveillance a été confiée au Bataillon d'intervention rapide (BIR). Certaines personnes, au prix de tous les risques, passent par l'Océan atlantique pour aller se ravitailler à Bata en Guinée équatoriale. Le sous-préfet de Campo a donc frappé du poing sur la table. Toutes les voies contournant la frontière à Campo-Beach sont désormais sous haute surveillance.

« Les contrevenants seront lourdement sanctionnés », a fait savoir Joël Eteme Elanga. Dans les boutiques, les étales se vident. « Je ne peux pas désobéir à la loi. J'attends ... », déclare Marie Solange Evina. La dame, propriétaire d'une échoppe, dit que sa marchandise, déjà payée, est dans un magasin à Rio Campo en Guinée équatoriale. Cameroun-Guinée équatoriale, passant par Campo, la frontière est complètement fermée. Selon le sous-préfet de Campo, le voisin avait pris la décision bien avant. Sur le site de la traversée à Campo-Beach, toutes les pirogues sont au quai. Même pas un seul homme qui traîne par là. Dans les différents services postés à la frontière, on n'a pas baissé la garde. Il faut monter patte blanche pour approcher, même si vous êtes de la presse.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.