Algérie: COVID-19 - 37 licences de production de gel hydroalcoolique accordées

Alger — Le ministère du Commerce a accordé, ces dix derniers jours, 37 licences de production de gel hydroalcoolique à des entreprises fabriquant ce produit en vue d'encourager sa production, d'autant qu'il connaît une forte demande du fait de la propagation de la pandémie de Covid-19, a déclaré à l'APS le ministre du Commerce Kamel Rezig.

"Le secteur du Commerce attache une grande importance au contrôle des produits destinés à la stérilisation et à la désinfection pour faire face à la pandémie, notamment en ce qui concerne le gel hydroalcoolique", a indiqué M. Rezig faisant état de l'octroi, ces dix derniers jours, de 37 licences aux entreprises intéressées par la fabrication de ce produit.

L'opération contribue à garantir la qualité et le contrôle du produit, a souligné le ministre ajoutant que les entreprises qui ne détiennent pas de licences risquaient des sanctions dissuasives.

Les services du ministère ont contacté certaines entreprises productrices de ce produit pour les inviter à régulariser leur situation juridique, à même de leur permettre de poursuivre leurs activités de manière légale, a-t-il poursuivi.

S'agissant des masques et gants, le ministre a précisé que leur fabrication n'était pas soumise aux licences du ministère du Commerce, mais plutôt régie par les lois du secteur de la Santé et de l'Industrie pharmaceutique qui contrôlent leur conformité aux normes en vigueur à cet égard.

Le mouvement des importations et des exportations se poursuit à un rythme « normal »

Concernant le mouvement du commerce extérieur de l'Algérie (importations et exportations), le ministre a indiqué qu'il se poursuivait à un rythme normal, dans le respect des mesures préventives rigoureuses appliquées depuis la propagation du nouveau coronavirus, soulignant que la décision de fermeture des frontières excluait le trafic commercial.

Cette décision du Premier ministre « n'est pas appliquée avec effet rétroactif », a-t-il souligné, précisant que toutes les opérations entamées avant sa promulgation seront finalisées et il y va de même pour transactions effectuées avec des pays comme la Tunisie, la Libye et la Mauritanie dans le cadre de conventions signées auparavant.

Le ministre a indiqué, en outre, que les changements enregistrés à l'échelle internationale, suite à la propagation du covid-19, à l'origine d'une récession de l'économie mondiale et du recul du commerce extérieur, provoqueront, sans doute, un ralentissement du mouvement commercial.

Plusieurs pays ont interdit l'exportation de certains produits médicaux et alimentaires pour satisfaire les besoins internes, ce qui explique le recul du mouvement des ports qui en est à son plus bas niveau en cette période.

Rezig a tenu, néanmoins, à rassurer les citoyens que « l'Algérie a importé tout ce dont elle a besoin en termes de produits et de marchandises, en tenant compte du pire scénario de propagation de la pandémie ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.