Congo-Brazzaville: Coronavirus - Difficile confinement au Congo

Décrété depuis le 31 mars par le gouvernement, le confinement visant à réduire la propagation au Congo du Covid-19 semble ne pas avoir d'effets sur la population. Au lieu de se confiner, chaque jour qui passe, elle abonde les artères des villes et envahissent les marchés, sans mesurer le danger d'une éventuelle contamination.

Depuis son entrée en vigueur il y a une semaine, le confinement semble ne pas préoccuper les Congolais . Si de nuit, la population se confine à cause du couvre-feu, la journée, la plupart envahissent les ruelles et avenues.

Dans le neuvième arrondissement Djiri, notamment au marché lycée Thomas Sankara, qui abrite la plus grande gare routière de cette partie de la ville, la situation est préoccupante. En effet, chaque matin, à partir de cinq heures du matin , l'on observe une foule immense de vendeurs et revendeurs qui viennent s'approvisionner en denrées alimentaires.

Sur le site, la vente et l'achat s'effectuent dans des conditions qui ne reflètent ou qui n'obéissent pas aux mesures-barrières édictées par le gouvernement, dans le cadre de la riposte à la pandémie du Covid-19 en vue de réduire la propagation de la maladie dont le bilan fait déjà état de cinq morts et quarante neuf cas confirmés positifs.

Au marché Mikalou tout comme à Maty et Texaco où nous sommes passés, le spectacle est quasiment le même. Des échanges commerciaux se font sans tenir compte des mesures barrières.

Dans la partie sud de Brazzaville, les mêmes principes de confinement sont aussi foulés aux pieds. Au marché Total, ainsi que dans bien d'autres marchés domaniaux de cette partie de la ville, l'ambiance est habituelle, et tout se fait comme d'ordinaire, sans craindre la contamination au coronavirus, comme si la maladie était une vue de l'esprit.

En dehors des marchés, les ruelles et avenues sont aussi bondées de monde. Quoiqu'à pied, les artères ne dépeuplent pas à longueur de journée. Les brazzavillois et Pointenegrins errent dans un sens comme dans l'autre, donnant l'impression des villes mortes et non des cités en confinement.

Interrogés sur ce désintérêt, la plupart des Congolais évoquent des difficultés d'ordre social.

« Je n'ai pas un revenu mensuel ponctuel. Je vis au quotidien grâce à ce que je fais ici. Je suis bien conscient que le corona virus existe mais je n'ai pas de choix, je suis contraint de prendre des risques pour nourrir ma petite famille », a souligné Hermann.

Tout comme son frère Hermann, Félicia soutient la même idée. « Je n'ai pas de mari, je nourris mes deux enfants grâce au commerce. Donc, je ne peux pas me confiner pendant un mois sinon nous allons tous mourir de faim », a-t-elle avoué.

Il faut dire que si les brazzavillois et les pontenegrins désavouent le confinement dès la première semaine, au cours des prochains jours, la mesure sera totalement foulée aux pieds si jamais le gouvernement n'y prend garde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.