Ile Maurice: Les coupures de câbles sous-marin de télécommunication agacent les Mauritaniens

En Mauritanie, les usagers du service d'internet haut débit vont encore devoir patienter avant de retrouver ce service en plein couvre-feu. Le câble sous-marin fournissant ce haut débit a été sectionné vendredi 3 avril et le bateau de dépannage n'arrivera que le 15 avril.

Les usagers de l'Internet haut débit en Mauritanie sont très affectés par cette interruption, dans une période où les réseaux sociaux sont le seul moyen de communication. Chaque jour, les Mauritaniens doivent rentrer chez eux avant le début du contre-feu à 18 h jusqu'à 6 h du matin du fait de la pandémie du coronavirus.

Amadou, gérant d'une épicerie, ne comprend pas pourquoi la Mauritanie n'a qu'une source d'Internet haut débit : « Pour la Mauritanie il n'y a qu'un seul câble Internet. Ce n'est pas normal. C'est en retard, ce n'est pas bon ! »

Un retard global dans les telecoms

Pour Abderrahmane, un informaticien, cette nouvelle panne touche tous les consommateurs du service Internet actuellement : « Nous sommes sur un couvre-feu. A 6 heures, personne ne bouge. Pour moi, c'est un gagne-pain, tout est bloqué. Vous voyez, on ne peut rien faire. Il faut avoir une alternative. On ne peut pas rester sur un seul câble. Et puis, on peut avoir des connexions un peu partout. Tous les pays qui nous entourent ont déjà leur 4G. Nous, on n'est même pas avec une 3G correcte. Je me demande où l'on va... »

Depuis 2018, le câble à fibre optique, qui fournit la connexion haut débit à la Mauritanie a été sectionné trois fois par des filets de pêche, selon les opérateurs de télécom. Cette fois, il a été sectionné à 27 kilomètres de Nouakchott. Le ministre mauritanien des Pêches et de l'Economie maritime vient d'ailleurs de publier une circulaire qui interdit aux bateaux la zone du câble sous-marin à fibre optique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.