Cameroun: Gestion financière des clubs - Quand la baisse des salaires s'impose

Cette solution, couplée au chômage partiel des joueurs, veut répondre à l'arrêt des compétitions qui grève les budgets des équipes.

Difficile pour l'heure de mesurer véritablement l'impact financier de la crise sanitaire du coronavirus sur les clubs. Une situation inquiétante pour les dirigeants qui, tant bien que mal, essaient de limiter la casse. Les diffuseurs des compétitions, faute de visibilité, refusent de jouer les bailleurs de fond. Orphelins de cette manne qui représente une part importante des revenus et des entrées de certains sponsors, la tendance est au chômage partiel (qui permet de ne payer qu'une partie du salaire brut) des joueurs et à la baisse des salaires.

Ainsi, au Fc Barcelone, les joueurs ont donné leur accord pour être mis en chômage partiel. Il s'accompagne d'une réduction supérieure à 70%. Ceci, afin de permettre aux personnels non sportifs du club d'empocher l'intégralité de leurs salaires durant l'état d'urgence lié au coronavirus. Une réduction des charges salariales également annoncée par l'Atletico de Madrid, Osasuna et le Betis Seville. En Allemagne, au sein du Bayern Munich et du Borussia Dortmund, la réduction est de l'ordre de 20%. C'est le pays où la question est la mieux réglée puisque 16 des 18 clubs de Bundesliga ont négocié des baisses de salaires avec les joueurs. En Italie, Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers de la Juventus ont renoncé à un mois et demi de salaire avec un report de deux mois et demi de salaires dans le prochain exercice financier. Par contre, les discussions entre ligues et syndicats des joueurs n'ont toujours pas trouvé d'issue.

En Angleterre, les sportifs ne sont pas rigides à la réduction mais veulent toutefois éviter l'immixtion des politiques. En Italie, malgré l'initiative individuelle de la Juve, on reste loin d'un accord entre les deux parties après les récentes propositions de la ligue (baisse d'un sixième du salaire annuel brut en cas de reprise des compétitions ou d'un tiers du salaire annuel brut en cas d'annulation de la saison). En France, on évoque un accord imminent sur le principe d'une baisse de 20 à 50% en fonction de la grille salariale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.