Tunisie: Éboueurs - Ces soldats oubliés du front

8 Avril 2020

Ils sont exposés à la pandémie mais passent les nuits à ramasser les ordures ménagères pour que le matin, on se réveille sur la vue d'une rue bien propre. Une pensée pour cette armée bleue qui se déploie chaque nuit pour combattre le virus .

Nos éboueurs se trouvent aujourd'hui entre l'enclume du devoir et le marteau du coronavirus. Et pourtant, ils continuent à s'acquitter de leur tâche, bien tard dans la nuit, dans des conditions d'hygiène et de prévention qui frisent le ridicule. L'incivisme de certains citoyens et leur refus de se conformer aux horaires de ramassage des ordures ne font que rendre plus difficile le travail de nos braves éboueurs dont personne, ou presque, ne parle.

Sans bavettes ni gants de protection pour la plupart du temps, ils arpentent les rues et ruelles comme une véritable armée qui s'attaque, chaque nuit, à nos déchets qui jonchent le sol parce que nous n'avons pas pris cette habitude de penser à leur calvaire et on n'a pas pris la peine de bien fermer nos sacs-poubelles pleins à craquer en raison du confinement. Un geste pourtant bien simple qui ne coûte rien mais pourrait faciliter la tâche des éboueurs et les protéger en cette période où la pandémie fait rage.

Au pas de course, ils s'attellent à ramasser, des fois à main nue, les ordures, s'exposant ainsi à tous les dangers au moment où les gens se confinent dans leurs maisons, se souciant comme d'une guigne des efforts déployés par les éboueurs pour que la vie continue et pour que les rues soient propres.

Dans une vidéo postée récemment sur le site officiel de la municipalité de la Manouba, des éboueurs, en tenue de travail couleur bleu jeans pour certains, portant un masque de protection, tentent de passer un message édifiant et prient les citoyens de fermer les sacs-poubelles, de respecter les horaires de ramassage des ordures et de mettre les bavettes, masques et gants de protection déjà utilisés dans un sachet à part et le bien fermer pour éviter la propagation du coronavirus.

« Ceci est dans l'intérêt de tout le monde et on fait partie du peuple, comme vous, on a des enfants, de grâce ne jetez plus vos ordures dans la rue », lance l'un des éboueurs dans la vidéo. « Il faut que les citoyens nous apportent leur soutien pour qu'ensemble, nous puissions faire face à cette pandémie qui sévit dans le pays. Nous aussi on se trouve en première ligne de la lutte pour que les citoyens, quand ils se réveillent le matin, retrouvent des rues biens propres. On est fatigués et on ne demande que votre soutien et une certaine application, si nous tombons malades vous tombez avec nous. Cette maladie n'épargnera personne », déclare un autre agent de la municipalité de la Manouba et dont la situation et les conditions de travail ne diffèrent guère de celles de ses collègues dans la majorité des communes du pays.

En ces temps bien difficiles où la solidarité doit prévaloir, il est du devoir de tout un chacun d'apporter tout le soutien nécessaire aux agents municipaux. Dans d'autres pays, notamment en Europe, les citoyens n'ont pas manqué d'encourager leurs éboueurs. Des petits mots de remerciements sont placardés sur les bennes à ordures.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.