Congo-Brazzaville: Confinement - Les avis de quelques artistes musiciens

Depuis la nuit du 31 mars dernier, l'état d'urgence sanitaire a été décrété en République du Congo. Toutes les activités ont été mises en hibernation. Les artistes musiciens, qui adhèrent aussi à ces mesures, ne savent pas comment faire face à certaines charges qui leur incombent. Djoson philosophe du groupe Super Nkolo Mboka ; Kevin Mbouandé Mbenga de Patrouille des stars ; et Sonor Digital d'Extra musica nouvel horizon, expliquent.

Pour le philosophe de la musique congolaise, Djoson philosophe, il faut remercier le chef de l'État et le gouvernement de la République du Congo pour avoir pensé sécuriser la population, parce que la santé n'a pas de prix. S'il y a la musique, dit-il, c'est parce qu'il y a un public. Mais si ce public est décimé, les musiciens n'auront plus des spectateurs. « Nous avons bien reçu les orientations du chef de l'État sur le confinement. Et nous sommes pour le respect de ces mesures, parce qu'il faut se protéger pour être en bonne santé, pour sauver aussi les autres. Mais le problème n'est pas là. Le problème, c'est comment vivre ? Puisque le musicien est habitué à produire et gagner. Parce que c'est à travers les recettes et autres pourcentages et dons que nous trouvons des concerts que nous épargnons pour nous payer des salaires. C'est ça le revenu de l'artiste. C'est donc un secteur privé mais qui n'est pas vraiment accompagné », a-t-il déploré.

Ce qui fait mal, ajoute-t-il, c'est le fait que depuis qu'on a lancé les cellules, le côté culturel n'est pas associé. Pour Djoson philosophe, il n'y a pas communication sans culture. Parce que la culture c'est le point de départ. Tout ce qui existe, existe d'abord en culture. La culture de l'État, la culture de la médecine... « La musique, c'est une communication. Il faut associer les artistes musiciens pour communiquer. Par la musique, par le cinéma, par la comédie, on peut sensibiliser, informer pour lutter contre cette pandémie », a déclaré Djoson.

Quant à la chanson en élaboration, le patron de l'orchestre Super Nkolo Mboka pense que le message devait être à la maternelle pour que tout le monde comprenne. Il est donc mieux de la composer en français, en lingala, kituba et dans les langues vernaculaires du Congo pour que ceux qui sont au fond des villages puissent comprendre que ce fléau est en train de décimer le monde.

Kevin Mbouandé Mbenga, président du groupe Patrouille des stars

Pour Kevin Mbouandé Mbenga, le confinement se passe tout doucement grâce à Dieu. « Tous les artistes de mon groupe sont confinés. Nous n'avons pas de choix, sinon que respecter les consignes pour vaincre cet ennemi invisible qui est le coronavirus. C'est pourquoi j'appelle tous les artistes musiciens à s'armer de courage, parce que ce n'est pas facile. Avec la grâce de Dieu, nous allons nous en sortir. Seul Dieu peut nous sortir de cette dure épreuve. Dieu est la solution », a-t-il dit.

Ce confinement est pour Patrouille des stars un véritable manque à gagner. Kevin Mbouandé Mbenga a déploré le fait que son groupe avait toute une série d'activités avec des concerts tous les week-ends à MKS au rond-point de Moungali, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville (où un contrat venait d'être signé), mais la manifestation progressive de ce satané virus a tout chamboulé.

Quant à sa contribution dans la campagne contre cette pandémie, Kevin Mbouandé Mbenga, dit au nom de patrouille des stars, avoir collé sa voix à celles des autres artistes musiciens dans cette chanson réunissant une cinquantaine d'artistes. Cela a été organisé par la directrice générale des Arts et des Lettres, au ministère de la Culture et des Arts, Emma Mireille Opa Elion. Il a souhaité également que le gouvernement ouvre un chapitre pour les artistes à travers son programme du Fonds de soutien aux entreprises lancé dans le cadre de la lutte contre cette pandémie. « Nous, les artistes, sommes des citoyens congolais aussi. Nous sollicitons du président de la République, qui est le premier citoyen congolais, et du gouvernement de la République, un soutien aux artistes musiciens. »

Sonor Digital, l'un des tenants du groupe Extra musica nouvel horizon

« Le confinement est venu cassé tout le programme que nous avions au sein du groupe Extra musica nouvel horizon. Le 22 mars dernier, on allait livrer un grand concert au Palais des congrès de Brazzaville. Les billets étaient vendus déjà, malheureusement nous étions frappés par les premières mesures prises par le gouvernement, lorsqu'on a interdit toutes les manifestations y compris culturelles. Depuis lors, nous ne pouvons plus rien. Nous avions signé des contrats, tout est malheureusement foutu. Nous ne pouvons rien, parce qu'il s'agit d'un problème de vie ou de mort. Dès lors, on privilégie la vie », a précisé Sonor.

Payer les loyers et autres, un souci pas le moindre

A propos, Digital Sonor pense qu'il faut que le gouvernement à travers le Fonds de soutien fasse quelque chose pour les artistes musiciens. « Nous sollicitons du premier citoyen de la République, grand maître des arts et des lettres, de penser aux artistes dans tous les domaines, par le biais du ministre de la Culture et des Arts. Sinon, la situation sera difficile pour les artistes. Comment pourrons-nous payer les loyers, s'occuper de nos familles respectives ? C'est vraiment difficile », a déclaré Sonor Digital.

Point de vue partagé par Djoson philosophe. Le gouvernement par le biais du ministère de la Culture et des arts, devrait a recours à toutes les corporations pour discuter sur le manque à gagner des artistes. « Dans la semaine, nous avons trois productions : mardi, jeudi et samedi. Cela nous permet d'avoir quelque chose, épargner et payer les artistes à la fin du mois, ce qui leur permet de payer les loyers, manger... Le chef de l'État a dit qu'il y aura un moyen qui va accompagner quelques structures. Nous espérons que le président de la République, qui est le garant des arts et des lettres, aura un mot à dire pour nous, sinon ce n'est pas le coronavirus qui va nous tuer, mais c'est la faim », a-t-il réagi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.