Congo-Kinshasa: Vital Kamerhe en détention provisoire après plus de 6 heures d'audition

Une vue du bâtiment abritant la salle d'audience à la prison centrale de Makala à Kinshasa.

Vital Kamerhe, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi a été placé sous mandat d'arrêt provisoire ce mercredi 8 avril dans la soirée, et transféré à la prison de Makala. Il était entendu sur la gestion des fonds alloués au programme d'urgence du président congolais.

Costume bleu, cravate de même couleur, cache-nez, Vital Kamerhe a répondu à l'invitation avec le statut de « renseignant ». A 13h, il franchit la grille du parquet avec deux de ses avocats après être sorti d'une foule compacte de ses partisans.

Pendant six heures, le chef du cabinet présidentiel a été entendu sur son rôle dans la gestion et l'exécution du programme dit « des 100 jours » lancé par le président Félix Tshisekedi.Des ONG, mais aussi la société civile dénoncent des attributions de marchés publics de gré à gré par la présidence.

Certaines organisations comme l'ODEP ou le Collectif AMKA, soupçonnent même des détournements de fonds.

Si Vital Kamerhe a été auditionné, c'est parce qu'il est « non seulement l'ordonnateur des dépenses de la présidence, mais aussi, parce que jusqu'en septembre 2019, c'est lui qui contrôlait d'une main de fer les finances de ce programme », explique-t- on du côté du parquet, tout comme dans les rangs du camp de son allié, Félix Tshisekedi.

« Tout au long de l'audition, il n'a pas fourni des preuves suffisantes et n'a pas convaincu les auditeurs », a déclaré à RFI une source judiciaire.

En attendant la conclusion des enquêtes, l'inquiétude a gagné les rangs de son parti l'UNC qui dénonce depuis plusieurs jours une campagne de diabolisation et d'« acharnement » contre son leader, censé être le dauphin de Félix Tshisekedi pour la présidentielle de 2023, selon un accord entre novembre 2018 à Nairobi.

La présence de Kamerhe au parquet, ce mercredi, a donné lieu à des rassemblements de plusieurs centaines de partisans, cadres du parti, députés, mais aussi nombre de membres des cabinets ministériels, sous l'œil de la police.

Celle-ci n'est intervenue qu'environ quatre heures après le début des auditions, pour disperser les attroupements à coup de gaz lacrymogènes. Les autorités avaient interdit tout attroupement de plus de 20 personnes en cette période de pandémie de coronavirus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.