Cote d'Ivoire: La révision du code électoral en marche

L'ordonnance permettant la révision du code électoral ivoirien a été prise ce mercredi par les autorités. Une réforme au coeur du débat politique en ce début d'année. Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Sidy Touré a apporté des précisions à l'issue du Conseil des ministres hier, mercredi 8 avril.

C'est une réforme au coeur du débat politique en ce début d'année. Cette révision avait donné lieu à un dialogue politique entre le gouvernement, les partis politiques et la société civile, mais un dialogue achevé sans accord.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly avait toutefois noté des points de convergences devant servir de base de travail à la réforme du code. Une réforme qui devait être examinée par le Parlement réuni en Congrès. Mais ce congrès a dû être annulé pour cause de pandémie. C'est pourquoi l'exécutif a dû agir par ordonnance.

« Au titre des innovations, il faut relever l'institution du parrainage citoyen pour l'élection présidentielle ; le relèvement du niveau de cautionnement à 50 millions de francs Cfa. Le débat était allé jusqu'à 100 millions-200 millions, selon les différentes propositions des différents partis politiques ou membres de la société civile, mais l'Etat de Côte d'Ivoire - le gouvernement -, a préféré aller sur une moyenne basse, qui est de 50 millions de francs Cfa.

Entre autres innovations dans ce code électoral, vous avez l'abaissement à 5 % du taux de suffrages requis pour le remboursement du cautionnement.

Vous avez aussi, entre autres innovations, la suppression de la transhumance, tel que développée dans le corps de ce projet de loi et l'interdiction qui est faite sous peine de sanctions - bien sûr -, de la diffusion des résultats avant les résultats définitifs, sans oublier un certain nombre de dispositions opérationnelles qui permettent à l'administration de bien fonctionner ».

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.