Congo-Kinshasa: Arrestation de Vital Kamerhe - L'UNC parle d'un « règlement de compte »

Selon les députés membres de cette formation politique, « rien n'indique, ont-ils fait savoir, que la fuite de l'honorable Vital Kamerhe n'était à craindre pour justifier son arrestation et sa mise en détention ».

Dans une vidéo faite tard dans la soirée du 8 avril et lancée sur le Net, des députés nationaux, membres de l'Union pour la nation congolaise (UNC), le parti de Vital Kamerhe, dénoncent la mise en détention de leur leader dont ils exigent, par la suite, « la libération immédiate et sans condition ».

Pour ces députés UNC, « Vital Kamerhe se retrouve sous mandat d'arrêt provisoire pour une confrontation, qui ne constitue ni une infraction encore moins une preuve de culpabilité ». Rien n'indique, ont-ils fait savoir, que la fuite de l'honorable Vital Kamerhe n'était à craindre pour justifier son arrestation et sa mise en détention. Ces élus disent également fustiger le comportement de certains médias qui indiquent que le président de l'UNC serait inculpé pour détournements de derniers publics. « Ceci est totalement faux et constitue une atteinte à la dignité et à l'honneur de l'honorable Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l'Etat », ont-ils souligné.

Un autre cadre de cette formation politique, Me Célé Yamba, interrogé le 9 avril par la radio Top Congo sur l'arrestation de Vital Kamerhe, parle d'un acharnement et d'un règlement de compte pour les élections de 2023. Pour ce communicateur de l'UNC, « les gens ne veulent pas voir leur leader comme président de la République en 2023 ». Au niveau de l'UNC, une réunion de crise a été annoncée ce jeudi dans le cadre de cette affaire qui prend des ampleurs inquiétantes pour leur leader et leur formation politique. Il est également noté qu'une délégation des membres de ce parti a été reçue le mercredi 8 avril à la cité de l'Union africaine par le chef de l'Etat, Félix Tshisekedi.

Il est indiqué que ce climat de contestation avait été perceptible depuis l'annonce de la convocation de Vital Kamerhe d'abord par l'avocat général puis par le procureur de République. Des chants entonnés, le 8 avril, par des militants UNC qui ont accompagné leur leader au parquet de Matete dénonçaient également ce présumé complot contre Vital Kamerhe. En attendant, le directeur de cabinet du chef de l'Etat congolais vient de passer sa première nuit en détention à la prison centrale de Makala.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.