Afrique: Covid19 - Le continent devra affronter le virus avec ses propres forces

Dakar — L'Afrique devra d'abord compter sur ses propres forces, car devant gagner un meilleur respect dans les relations internationales en affrontant le nouveau coronavirus, qu'elle devra contenir au plus vite, a affirmé, jeudi à Dakar, Ibrahima Niang, enseignant-chercheur en sciences sociales, fondateur et directeur-exécutif du think tank "IAASS" (études africaines et asiatiques au Sahel).

"L'Afrique doit d'abord compter sur ses propres forces. C'est ma conviction personnelle, car c'est en affrontant avec ses propres moyens ce virus et en réussissant à le restreindre le plus vite possible qu'elle gagnera à être mieux respectée pour une fois", a-t-il indiqué lors d'un entretien avec l'APS.

Ibtrahima Niang, chercheur-associé au CODESRIA et au CEDS (Centre d'études diplomatiques et stratégiques), invite les Etats africains "à penser à relancer leurs industries textiles pour la fabrication des masques dont la technologie de fabrication est largement à leur portée, mais aussi produire des gels alcoolisés et même des respirateurs".

"On peut dans le même temps poursuivre la collaboration avec l'Europe et la Chine sur la question du traitement, de l'éventualité d'un vaccin, etc., en reconnaissant que c'est la Chine qui, jusqu'ici, a démontré les capacités à combattre le virus avec d'excellents résultats", a estimé le fondateur et directeur-exécutif du think tank "IAASS".

A la question de savoir s'il y aurait une nouvelle redistribution des rôles dans les relations internationales après le Covid-19, il a déclaré qu'il ne s'attendait pas au scénario d'un changement de la carte du monde.

"Les économies souveraines trouveront les moyens de relancer leur économie et les emplois, les économies dépendantes, n'ayant pas assez de réserves financières, vivant essentiellement d'exportations de matières premières, seront en grande difficulté", a-t-il prédit.

Selon lui, l'Europe pourrait vivre une remise en question au sein de ses Etats membres, qui pourraient se demander quel est son sens aujourd'hui, en voyant la Chine se positionner de plus en plus sur la scène internationale en terme de leadership.

Interpellé sur un possible retour en force dans les relations internationales de Cuba, un pays du tiers-monde sous embargo venu en aide à certaines puissances occidentales dans cette lutte contre le Covid-19, il a esgtimé que "ce sera juste de manière ponctuelle".

"Cuba a aidé par le passé dans la formation et l'offre de soins à plusieurs pays africains durant la période post coloniale. Aujourd'hui, je pense que Cuba n'a pas une économie forte où adosser sa diplomatie sanitaire, à moins de se réorganiser en s'inspirant des +médecins aux pieds nus chinois+ qu'on envoyait en Afrique dans une période où la Chine était un pays du tiers monde", a-t-il fait savoir.

Ibrahima Niang est auteur et co-auteur de nombreux articles scientifiques et de rapports portant notamment sur les mouvements sociaux et la contestation démocratique, la migration, la gouvernance rurale et foncière.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.