Tunisie: Tozeur - Des tunisiens réclament le rapatriement de leurs épouses bloquées en Algérie

8 Avril 2020

Originaires de Tozeur, une cinquantaine de Tunisiens mariés à des algériennes se rassemblent chaque matin devant le siège du gouvernorat et de la municipalité de Tozeur pour réclamer le rapatriement de leurs femmes et leurs enfants bloqués en Algérie depuis mi-mars dernier.

Ils appellent à accélérer la coordination entre les autorités des deux pays pour assurer le rapatriement de leurs épouses et enfants avant l'avènement du mois de Ramadan de crainte que d'autres mesures de restriction soient adoptées au niveau des frontières dans le cadre de la prévention contre la propagation du coronavirus.

Ils affirment ne pas pouvoir joindre le consulat de Tunis à Tébessa en vue de lui fournir une liste nominative de leurs épouses et leurs adresses en Algérie surtout que plusieurs d'entre elles habitent dans les régions avoisinantes de la ville de Tébessa.

Ils soulignent l'urgence de trouver une solution pour rapatrier les membres de leurs familles surtout que parmi eux des nourrissons qui ont besoin de vaccins et de médicaments.

Le gouverneur de Tozeur Mohamed Aymen Bejaoui a indiqué qu'une liste nominative des personnes bloquées sera envoyée au consulat de Tunis à Tébessa pour coordonner avec les autorités algériennes en vue de faciliter leur retour.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.