Sénégal: Ousmane Mbaye, directeur du commerce intérieur - «La baisse de commande menace les producteurs de pomme de terre, d'oignon et de poulets de chair»

La baisse des commandes de produits locaux comme la pomme de terre, l'oignon et les poulets de chair, de tomates fraiches... pour ravitailler des hôtels, des restaurants, des restos-bars, des Fast-Foods et autres cérémonies familiales et religieuses non autorisées... risquent d'affecter lourdement les producteurs, à cause des mesures de restrictions, de fermeture partielle ou totale de ces endroits à fréquentation. Ce qui porterait «un sacré coup audits opérateurs», a dit Ousmane Mbaye, directeur du Commerce intérieur.

A l'en croire, «il y a à se préoccuper des producteurs de pomme de terre, d'oignon et des poulets de chair... D'abord, la demande va baisser davantage, au regard des mesures de restriction ou de fermeture partielle ou totale des hôtels, restaurants, restos-bars et autres cérémonies familiales et religieuses. Des endroits qui ne vont plus être fréquentés comme d'habitude. Donc, moins de services ou pas du tout». Autre chose, ajoute-t-il encore, «les livraisons vont poser problèmes puisque beaucoup de distributeurs ne pourront plus le faire 24h/24h, à cause du couvre-feu à partir de 20». Ce qui, à son avis, n'arrange pas du tout ces opérateurs. Et si «la maladie perdure, les conséquences seront désastreuses pour ces producteurs», prévient-il.

Très préoccupé, il dira: «c'est très difficile de produire et ensuite ne pas pouvoir écouler sa marchandise. Nous souhaitons, de tous nos vœux, que ça finit vite. Tant que la situation perdurera, il sera très difficile pour ces producteurs de pouvoir s'en sortir. Mais aussi pour les consommateurs que nous sommes. Il faut souhaiter que la situation revienne à la normale pour que l'activité économique revienne à la normale», prie le directeur du Commerce intérieur.

Le Marché local, peut tenir pour deux mois

Au sujet de l'approvisionnement du marché en denrées alimentaires, il Ousmane Mbaye dit ceci: «jusqu'ici, les denrées de base comme le riz, l'huile, le sucre, le blé pour la farine, le lait, nous avons un stock assez suffisant pour deux mois. Maintenant, au-delà de cette période, ce qui va se passer dans ces pays producteurs et exportateurs, nous ne saurions dire un mot. Si la situation venait à s'aggraver, ce que nous ne souhaitons pas du tout», elle ne serait pas sans impact sur l'approvisionnement du marché intérieur.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.