Sénégal: Sédhiou / Alerte a la porosité des frontiéres et manque de moyens contre le COVID-19 - Le préfet exhorte à l'effort de guerre, les collectivités trainent les pieds

Les mesures barrières contre la propagation du coronavirus (Covid-19) restent encore dérisoires dans le département de Goudomp.

Seuls cinq (5) sur les dix-huit (18) points de passage sont dotés de thermo-flashes. A cela s'ajoute une mobilité accrue au travers des entrées non officielles, faisant craindre un risque de contamination. Le Conseil département de Goudomp ainsi que la mairie de Simbandi Balante dégainent des moyens, jugés conséquents, pour juguler le déficit. Toutefois, des efforts restent à faire, en raison de la timidité des réactions au niveau des collectivités territoriales de cette partie de l'extrême sud de Sédhiou, frontalier à la Guinée-Bissau.

Les collectivités territoriales de l'extrême sud de Sédhiou se barricadent, tant bien que mal, contre le Covid-19 et apportent leurs contributions à l'effort de guerre. «Le partenaire premier du Comité département de gestion des épidémies, c'est le Conseil départemental. C'est pourquoi nous avons tenu à leur apporter un soutien conséquent. Il se compose de produits d'hygiène d'une valeur de deux (2) millions de F CFA, deux (2) tonnes de riz, des kits et dispositifs de lavage des mains et une enveloppe de 500.000 F CFA en appui au carburant pour les équipes de supervision», a fait savoir Moussa Bocoum, le président du Conseil départemental de Goudomp. Il ajoute que la veille sentinelle doit être renforcée en zone de frontière. «J'en appelle à la responsabilité individuelle et collective et au renforcement de la veille sentinelle pour plus de sécurité en zone de frontière», dit-il avec insistance.

Le préfet du département de Goudomp salue ce geste, mais rappelle dans le même temps des contraintes liées à l'insuffisance des thermo-flashes ainsi que la mobilité clandestine en zone de frontière. «C'est un appui qui arrive à son heure. La première recommandation, c'est l'achat de thermo-flashes car, sur les 18 points officiels de passage, il n'y a que 5 qui en disposent. Nous avons également un besoin en carburant pour des supervisions non seulement avec les agents de santé mais aussi avec les Forces de défense et de sécurité et les membres des Comités locaux», a déclaré le préfet Ousmane Niang. Et de poursuivre : «nous sommes ici dans une zone de frontière et on a dénombré une vingtaine de points de contournement. C'est pourquoi nous avons demandé aux Forces de défense et de sécurité de renforcer les patrouilles».

Le Maire de Simbandi, au front, Alerte sur l'insécurité alimentaire

A Simbandi Balante, toujours dans ce département de Goudomp, frontalier à la Guinée-Bissau, le maire Famara Kalbert Mané a également déballé ses dons. «Notre dotation se compose de 84 cartons d'eau de javel, 50 cartons de savon et de détergents, des seaux et des bidons que nous avons mis à la disposition des postes de santé. Nous avons également libéré un montant de deux (2) millions de CFA pour la commande des médicaments, de masques et de gels hydro alcooliques. Nous avons, par ailleurs, entamé la procédure de virement d'un million pour la participation de la commune à la caisse nationale appelée "Force Covid-19"», rassure Famara K. Mané.

Dans un tout autre registre, le maire de Simbandi Balante alerte sur la situation d'urgence alimentaire dans sa collectivité territoriale. «Dans ma commune, j'ai constaté qu'il ya beaucoup de ménages qui n'arrivent plus à assurer les trois repas quotidiens. Nous demandons que l'aide aux populations soit libérée le plus tôt possible, mais surtout qu'elle soit gérée dans la plus grande transparence». Le préfet de Goudomp, Ousmane Niang, a demandé aux maires qui traînent encore les pieds de se hâter à la mobilisation des moyens de prévention, surtout avec l'apparition des cas de contamination dite communautaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.