Rwanda: Adama Dieng sur la commémoration du génocide rwandais - « Nous ne devrions jamais oublier les leçons de l'histoire »

9 Avril 2020
interview

C'est à travers une vidéo que le Président Paul Kagamé s'est adressé au peuple rwandais pour commémorer le génocide des Tutsis d'avril 1994.

Ce qui devait être un moment de «rapprochement social pour se réconforter les uns les autres», s'est fait de manière virtuelle, mais c'est «nécessaire pour sauver des vies», dira P. Kagamé.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a tenu également à marquer l'importance de ce souvenir à travers un message filmé.

Adama Dieng, son Conseiller Spécial pour la prévention du génocide, revient avec nous sur cette commémoration particulière et de l'importance au-delà de la bataille contre le coronavirus nouveau de se rappeler du génocide qui continue à ébranler la conscience humaine!

Il y a 26 ans, le 7 avril 1994, le monde était témoin d'une horreur indescriptible, au Rwanda. Comment mesurez l'ampleur de ce désastre humain?

«Oui, la communauté internationale a été le témoin d'une folie meurtrière qui dura 100 jours.

Près d'un million de personnes au Rwanda avaient été exterminées dans la tragédie la plus insensée, elles étaient victimes du crime de génocide parce que ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces nourrissons et ces vieillards ont été tués simplement à cause de leur identité ethnique tutsie».

Ce génocide est l'un des chapitres les plus sombres de l'histoire de l'humanité. En quoi le souvenir est-il important?

«Aujourd'hui, 26 ans après, nous nous souvenons de toutes les victimes du génocide contre les Tutsis au Rwanda, et reconnaissons la douleur et le courage de ceux qui ont survécu.

Nous avons une pensée pieuse pour tous ces Hutus modérés, ces Twas et autres qui ont été systématiquement tués pour s'être opposés au génocide contre les Tutsis.

Même dans un contexte très particulier de Covid-19 il était impératif de s'incliner virtuellement devant la mémoire de toutes les victimes.

Nous ne devrions jamais oublier les leçons de l'histoire. Nous devons rester vigilants !

Cette vigilance s'impose aujourd'hui plus que jamais quand on voit la montée du discours de haine, l'anti-sémitisme, la haine contre les musulmans, le racisme, l'intolérance, l'exclusion, la stigmatisation ».

Faut-il s'émouvoir aussi du discours négationniste sur le génocide des Tutsis du Rwanda?

«Rappelons à cet égard que dans sa résolution 2150 (2014) adoptée à l'unanimité, le Conseil de sécurité a condamné «sans réserve» toute négation du génocide des Tutsis et invité instamment les États Membres à se donner des programmes éducatifs pour «graver dans l'esprit des générations futures les leçons du génocide, le but étant d'en prévenir d'autres dans l'avenir».

Il est important en raison du devoir de mémoire de se focaliser sur le présent en se tournant résolument vers l'avenir, afin de permettre aux générations futures de rester mobiliser contre l'idéologie du génocide».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.