Gabon: Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) approuve un décaissement de 147 millions de dollars pour le Gabon au titre de l'instrument de financement rapide pour faire face à la pandémie de COVID-19

document

 Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd'hui un décaissement de 108 millions de DTS (soit environ 147 millions de dollars) pour le Gabon au titre de l'instrument de financement rapide (IFR).

Le décaissement aidera le Gabon à répondre aux besoins urgents de financement de sa balance des paiements qui découlent de la pandémie de COVID-19 et des chocs sur les termes de l'échange.

La pandémie de COVID-19 et la chute simultanée des prix du pétrole devraient causer de grandes difficultés pour l'économie.

L'activité économique ralentira et les positions budgétaire et extérieure s'affaibliront, ce qui créera des besoins de financement supplémentaires considérables.

Outre les mesures immédiates d'endiguement, dont la fermeture des frontières et la mise en place de couvre-feu, les autorités ont également pris des mesures importantes pour renforcer la riposte sanitaire et aider les entreprises et les ménages.

L'aide du FMI contribuera grandement à satisfaire les besoins de financement extérieur urgents et à préserver l'espace budgétaire nécessaire aux dépenses de santé liées au COVID-19. Il devrait aussi aider à catalyser des financements supplémentaires de la part des bailleurs de fonds.

Toutefois, une grande incertitude entoure l'ampleur et la sévérité des chocs auxquels le Gabon sera en définitive confronté.

Le FMI continue de suivre de près la situation au Gabon, y compris au moyen de l'accord élargi qui a été conclu avec le pays en juin 2017, et se tient prêt à fournir des conseils ainsi qu'une aide financière supplémentaire, en collaboration avec d'autres bailleurs de fonds.

À l'issue des débats du conseil d'administration, M. Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président de séance, a fait la déclaration ci-après :

« La pandémie de COVID-19 et l'effondrement des prix du pétrole ont affaibli les perspectives macroéconomiques et il est possible que la pandémie soit plus marquée et persistante que prévu, avec un impact durable sur les prix des produits de base, la croissance et les positions budgétaire et extérieure.

Le ralentissement de l'activité économique et l'affaiblissement des positions budgétaire et extérieures entraîneront des besoins de financement supplémentaires.

Face aux chocs, les autorités ont annoncé plusieurs mesures d'endiguement, dont la fermeture des frontières et des écoles ainsi que l'instauration de couvre-feu.

Elles augmentent les dépenses dans les domaines de la santé et de la protection sociale en redéfinissant les priorités et envisagent par ailleurs d'adopter des mesures d'accompagnement pour les entreprises et les ménages.

La banque Centrale (BEAC) et la Commission Bancaire de l'Afrique Centrale (COBAC) s'emploient à soutenir la croissance et à préserver la stabilité du secteur financier.

« À court terme, un creusement temporaire du déficit budgétaire se justifie pour contenir la propagation du virus et compenser les effets de la pandémie sur le plan social et économique.

Il sera également essentiel de mobiliser des financements extérieurs supplémentaires.

L'aide d'urgence du FMI dans le cadre de l'instrument de financement rapide appuiera la riposte des autorités et catalysera le soutien des bailleurs de fonds.

« Les autorités devraient se tenir prêtes à suspendre toutes les mesures d'urgence dès que la crise se résorbera. À moyen terme, il conviendra de replacer la dette publique sur une trajectoire résolument descendante.

En raison de la baisse des prix du pétrole, il est important d'accélérer l'ajustement budgétaire et la diversification de l'économie.

Il sera crucial de pérenniser la dynamique de réforme des dernières années pour parvenir à un rééquilibrage budgétaire davantage basé sur la hausse des recettes et plus propice à la croissance, de renforcer la gouvernance et la gestion de la dette ainsi que d'améliorer le climat des affaires.»

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.