Madagascar: Cybercriminalité - Une animatrice de télévision à Antanimora

Suite à des enquêtes préliminaires et une audition devant le parquet mercredi, une animatrice de télévision est placée en détention préventive à la prison d'Antanimora.

Selon la gendarmerie, à l'origine de la détention se trouve « la découverte d'un enregistrement sonore diffusée sur les réseaux sociaux concernant la situation du coronavirus à Madagascar ». Les précisions de la gendarmerie rapportent « la divulgation à travers cet enregistrement sonore de l'existence de deux cents cas confirmés de coronavirus à Antananarivo au 20 mars, et de soixante-dix cas à Toamasina avec des décédés parmi les malades ».

L'animatrice de télévision est poursuivie pour diffusion de fausses nouvelles troublant l'ordre public. C'est le service de lutte contre la cybercriminalité au sein de la gendarmerie qui a procédé à l'arrestation de la jeune femme considérée comme auteure principale dans la diffusion de l'enregistrement sonores. La personne chargée de la page dédiée aux communications officielles de l'InfocomSeg rassure par rapport « à la possibilité de rendre visite à la détenue ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.