Congo-Kinshasa: Affaire du «programme des 100 jours» - Hormis Vital Kamerhe, qui est mis en cause?

Le directeur de cabinet du président Tshisekedi, qui a passé sa deuxième nuit en détention, pourrait être confronté à d'autres accusés dans le dossier des détournements de fonds présumés du « programme des 100 jours ». Quelles sont les autres personnalités mises en cause dans cette affaire ?

Ce jeudi 10 avril, un haut responsable d'un fonds public a été arrêté. Il s'agit du Directeur général du Foner, du Fonds National d'Entretien Routier, Fulgence Baramos, qui est soupçonné par la justice congolaise d'avoir détourné plus de 50 millions de dollars destinés à financer les travaux de réhabilitation des routes, notamment au Sud-Kivu et au Kasaï central. Il était à la tête de ce fonds depuis sa création en 2009.

Fulgence Baramos était l'une des bêtes noires de la société civile qui le soupçonnait, au vu du mauvais état des routes en RDC, de détourner des fonds pour le compte du régime de Joseph Kabila. Le directeur de l'Office des routes avait lui aussi été arrêté avant d'être libéré.

Des hommes d'affaires

Parmi les personnalités mises en cause, il y a aussi des hommes d'affaires parmi les plus connus du pays comme David Blattner, patron de Safricas. Avec son frère, ils ont des intérêts dans plusieurs secteurs de l'économie depuis l'ère Mobutu et sont restés incontournables à l'époque de Joseph Kabila. Le Libanais Jammal Samih a lui surtout prospéré sous le régime de l'ancien président et devait recevoir pour 114 millions de dollars dans le cadre du « programme des 100 jours » pour des maisons préfabriquées. Cela avait été pointé depuis des mois par la société civile.

Le directeur général de la Rawbank, Thierry Taeymans, a lui aussi été mis en cause pour avoir autorisé certaines transactions douteuses. Il a été limogé depuis. Cette banque était déjà pointée du doigt sous l'ancien régime par les activistes anticorruption. Elle appartient à la famille Rawji, l'une des plus grosses et anciennes fortunes au Congo.

Vers une liberté provisoire pour Kamerhe ?

Les auditions se poursuivent, d'autres invitations ou convocations ont été envoyés à des ministres, anciens ministres et hauts responsables. De sources judiciaires, le procureur serait aussi dans l'attente de documents. En tant que principal ordonnateur des dépenses sur ce programme d'urgence pendant les premiers mois du président Tshisekedi, Vital Kamerhe a en effet effectué de nombreuses signatures.

Kamhere peut-il être mis en liberté provisoire ? C'est en tout cas ce qu'espèrent ses avocats qui disaient, avant l'audience, vouloir pointer que leur client était toujours le directeur de cabinet en fonction : il n'a pas été remplacé, a une adresse connue et ne risque pas de fuir... À l'heure actuelle, il est dans une chambre collective au pavillon huit de la prison de Makala que les autorités disent vouloir désengorger pour cause de pandémie de coronavirus.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.