Sénégal: Boubacar Mbodj - «Nous avons une bonne tenue des stocks de première nécessité»

Le directeur du Commerce extérieur, Boubacar Mbodj, se veut rassurant par rapport aux denrées essentielles de consommation quotidienne comme le riz, le blé, l'huile végétale et le suivre eu égard au contexte de la pandémie du covid-19.

Sur ce, il dira: «A ce jour, nous n'avons pas noté de perturbations sur le marché national en termes d'approvisionnement des denrées de premières nécessités, comme le riz, le blé, l'huile végétale et le sucre».

Pour s'en convaincre, il dira: «Nous avons mis en place un dispositif de veille sur les tendances internationales. Ce qui nous permet de définir la notion de stock de sécurité qui figure dans le plan de résilience sociale que le gouvernement a adopté».

Il ajoute: «Ce qui nous a amené à mettre en place des stocks de sécurité pour chacune des quatre principales denrées précitées. Et pour toutes ces denrées nous avons une bonne tenue de ces stocks pour trois mois», a-t-il rassuré.

D'ailleurs, précise-t-il: «Un volume des stocks a été dénombré au niveau des importateurs et des grossistes qui dépassent les trois de consommation».

Sur le blé, fera-t-il remarquer, «une hausse des importations de 73% a été enregistré en janvier et mars». Il ajoute: «Tout ceci traduit la volonté du gouvernement constituer des stocks solides pour se mettre à l'abri de toute pénurie».

Du côté du sucre, «on note la même tendance haussière de 25% pour la même période».

Pour le riz, «il y a une baisse des volumes des importations. Et cela se justifie également par une bonne tenue des importations des mois déjà».

Enfin pour l'huile végétale «on a une baisse des importations de l'ordre de 3% entre janvier et février. Et sur l'ensemble de ces spéculations précitées, nous suivons les tendances sur le marché international».

Pour les matériaux de construction, «nous notons une baisse à partir de février, mais une baisse conjoncturelle qui n'est pas liée à la pandémie du covid-19. Et cela se comprend comparativement à la même période l'année d'avant... », fait-il savoir.

Pour ce qui de l'habillement, il dira: «Nos opérateurs peuvent jouer le risque.

Parce que l'activité textile est au bord du gouffre, ils sont asphyxiés et la clientèle se fait désirer. Les Chinois sont confrontés à des stocks et des stocks qui ne trouvent pas acquéreurs».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.