Afrique: Impact économique du COVID-19 - La Banque mondiale annonce une récession en 2020

A cause de la pandémie du Coronavirus, la croissance économique en Afrique subsaharienne passera de 2,4 % en 2019 à une fourchette entre -2,1 % et -5,1 % en 2020. La Banque Mondiale qui a fait cette prévision l'a relevé dans son rapport Africa Pulse rendu public hier, mardi 9 avril.

Selon le document, le COvid-19 frappe les trois plus grandes économies de la région notamment le Nigéria, l'Afrique du Sud et l'Angola dans le contexte d'une faiblesse persistante de la croissance et des investissements, et d'un déclin des prix des matières premières.

L'Afrique subsaharienne devrait entrer récession en 2020, selon la Banque Mondiale qui a évalué l'impact économique du Covid-19 en Afrique.

Il ressort de cette étude que la croissance économique en Afrique subsaharienne passera de [2,4] % en 2019 à une fourchette entre -2,1 % et -5,1 % en 2020.

Ce qui constituera la première récession dans la région depuis 25 ans. Selon le rapport, les pertes de production dans la région pour 2020 vont se chiffrer entre 37 milliards et 79 milliards d'USD.

«La révision à la baisse de la croissance en 2020 reflète les risques macro-économiques découlant de la chute brutale de la croissance du PIB des principaux partenaires commerciaux de la région, particulièrement la Chine et la zone euro, de la baisse des prix des matières premières, de la réduction de l'activité touristique dans de nombreux pays ainsi que des effets des mesures destinées à maîtriser la pandémie mondiale du COVID-19», a révélé le document.

Selon la Banque Mondiale, le Covid-19 frappe les trois plus grandes économies de la région notamment le Nigéria, l'Afrique du Sud et l'Angola dans le contexte d'une faiblesse persistante de la croissance et des investissements, et d'un déclin des prix des matières premières.

«Les prix du pétrole brut et des métaux industriels ont fortement baissé (de 50 et 11 % respectivement entre décembre 2019 et mars 2020).

Les simulations des modèles suggèrent que, comparé à un scénario de base sans Covid-19, la croissance moyenne du produit intérieur brut (PIB) réel dans ces trois pays pourrait connaitre une réduction allant jusqu'à 6,9 points de pourcentage en 2020 dans le scénario de base, et jusqu'à 8 points de pourcentage dans le scénario pessimiste», lit-on dans le rapport.

Dans son analyse, la Banque Mondiale souligne que généralement, les pays dépendants des exportations minières et pétrolières devraient être les plus durement frappés.

«La chute de la croissance pourrait atteindre jusqu'à 7 points de pourcentage dans les pays exportateurs de pétrole et jusqu'à 8 points de pourcentage dans les pays exportateurs de métaux, ceci par rapport à un scénario de base sans Covid-19», a indiqué l'institution financière.

Dans les pays ne disposant pas de grandes ressources naturelles, l'étude montre que la croissance devrait ralentir, mais rester positive.

Elle va s'affaiblir de façon substantielle dans les deux zones decroissance rapide, l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest où l'épidémie se propage rapidement, et la Communauté d'Afrique de l'Est, à cause de la faiblesse de la demande extérieure et des perturbations des chaînes de valeur et des productions nationales.

L'activité dans les pays dépendants du tourisme devrait également se contracter fortement en réponse aux fortes perturbations dans les voyages et les activités touristiques.

La Banque Mondiale prévient que dans le scénario de base et dans le scénario pessimiste, la croissance va tomber en dessous du taux régional moyen de croissance démographique de 2,7 %, ce qui veut dire qu'en l'absence de mesures d'atténuation appropriées, l'épidémie de Covid-19 va avoir un impact profond sur le bien-être d'un grand nombre de personnes dans la région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.