Afrique: Coronavirus - L'annulation du festival Solidays porte un coup dur à la lutte contre le SIDA

En raison de l'épidémie de coronavirus, le festival Solidays n'aura pas lieu cette année. Les conséquences de l'annulation de cet évènement, qui permet de récolter de grosses sommes d'argent pour la lutte contre le sida, pourraient être dramatiques pour l'Afrique.

L'année dernière, les spectateurs qui étaient allés applaudir Angèle, NTM ou Dadju avait permis au festival Solidays de dégager un résultat de 3,2 millions d'euros. Une somme investie dans 108 programmes d'aide aux malades du sida dans 22 pays du monde, la plupart en Afrique. Cette somme risque de manquer cruellement aux associations locales alors même que l'aide aux malades est rendue difficile par la pandémie de coronavirus en Afrique.

« Concrètement, Solidays représente 70% des ressources de Solidarité Sida. Avec les recettes de l'année dernière qui avait été un grand succès. Avec cet argent, on avait financé plus 108 programmes à travers le monde », explique Luc Barruet, co-fondateur de Solidarité Sida.

Ne pas se faire rembourser sa place

Des programmes autour de l'accès aux traitements, du soutien matériel ou psychologique aux malades du sida. Malgré l'annulation de Solidays, pas question de baisser les bras, pour Luc Barruet.

« On ne peut se résigner malgré cette annulation à se dire qu'on va moins pouvoir soutenir ces militants exceptionnels. Militer contre le sida en France, ce n'est pas toujours facile. Mais militer contre le sida au Liban, en Algérie, au Togo ou en Centrafrique. Il faudra qu'on trouve des solutions très concrètes d'ici le mois de juin. »

Pour poursuivre ses actions en Afrique et ailleurs, Solidarité Sida demande à ses partenaires le maintien de leurs subventions, malgré l'annulation du festival. Les spectateurs peuvent aussi choisir de ne pas se faire rembourser leur billet.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.