Maroc: La Bourse de Casablanca frappée de plein fouet par la crise sanitaire du COVID-19

La place casablancaise a chuté fortement au premier trimestre 2020

La Bourse de Casablanca a fortement chuté au cours des trois premiers mois de l'année, frappée de plein fouet par la crise sanitaire du Covid-19, à l'instar des marchés financiers internationaux.

La place casablancaise a entamé l'année en bonne mine, son indice vedette, le Masi, a atteint un plus haut de 12.633,57 points en date du 22 janvier et a clôturé le premier mois de 2020 en nette hausse de 2,96%.

Toutefois, la BVC, rattrapée par la psychose liée au coronavirus, s'est effondrée en mars. Ses deux principaux indices, Masi et Madex, se sont repliés à 9.704,85 et 7.876,80 points, enregistrant des baisses de 20,85% et 21,26% respectivement.

Sur l'année, rapporte la MAP, ces deux baromètres affichent des contre-performances de -20,27% et -20,59% respectivement. En valeur, ce sont 123,67 milliards de dirhams (MMDH) de capitalisation qui sont partis en fumée en l'espace de trois mois.

S'agissant des indices internationaux, le FTSE CSE Morocco 15 a chuté de 21,09%, à 8.551,88 points, et le FTSE Morocco All-Liquid a perdu 21,40% à 8.259,42 points.

L'indice de référence Environnement, social et gouvernance (ESG) "Casablanca ESG 10" a cédé à son tour 22,11% à 742,34 points.

Au volet des variations sectorielles, aucun secteur sur les 24 de la cote n'est parvenu à échapper à la baisse. Le plus fort repli est à l'actif des "Loisirs et hôtels" (-42,32%), l'un des secteurs les plus impactés par la crise du coronavirus. De même le secteur "Participation et promotion immobilière" a chuté de 42,19%, alors que celui des "Ingénieries et biens d'équipements industriels" a perdu 41,86%.

Le secteur des mines a enregistré, quant à lui, une forte baisse de 34,28%, sous l'effet des replis notamment de Managem (-44,82%) et Minière Touissit (-33,05%). SMI et Rebab Company ont, en revanche, limité leurs pertes à respectivement -4,34% et -5,79%.

Les banques (-22,62%) ont aussi souffert considérablement au premier trimestre 2020, avec des chutes de -25,47% pour Attijariwafa Bank, -22,16% pour BCP, -18,75% pour Bank of Africa, -17,76% pour BMCI, -15,38% pour CIH et -13,93% pour CDM.

Au niveau de la physionomie, 66 valeurs ont terminé la période en baisse, contre seulement 7 en hausse. Il s'agit de Maroc Leasing (+18,71%), Réalisations Mécaniques (+11,52%), Maghrebail (+7,85%), Auto Nejma (+5,95%), Agma (+4,39%), Label Vie (+4,36%) et Maghreb Oxygène (+0,05%).

Au registre des échanges, depuis le début de l'année et jusqu'à fin mars, le volume global brassé dans la Bourse de Casablanca s'est élevé à près de 15,85 MMDH, en progression de 34,25% en comparaison avec le premier trimestre de l'année dernière.

Cette hausse s'attribue au marché central dont le volume transactionnel a augmenté de plus de 147,7% à 12,56 MMDH.

Par valeur, Itissalat Al-Maghrib est arrivée en tête du podium des valeurs les plus actives. Elle a drainé plus de 2,76 MMDH, soit près de 22,03% des échanges. Elle est suivie par l'action Attijariwafa Bank qui a canalisé près de 2,37 MMDH, soit 18,88% des échanges. En troisième position, on retrouve Cosumar qui a enregistré un flux de 967,1 millions de dirhams (MDH), et en 4ème position BCP avec 775,44 MDH.

Pour sa part, le marché de blocs a généré un volume de 1,23 MMDH, contre 3,54 MMDH une année plus tôt.

En référence à la catégorie des intervenants sur le marché actions du compartiment central, les Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ont concentré 44% du volume de ce premier trimestre, en progression de 8 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent et de 2 points en glissement annuel, selon le dernier rapport sur le profil des investisseurs en Bourse de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

Les personnes morales marocaines ont représenté 35% du volume, en progression de 7 points de pourcentage par rapport au T1-2019, tandis que les personnes physiques marocaines et les personnes morales étrangères ont drainé des parts respectives de 9,2% et 8,9%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X