Tunisie: «Aziza» de Soudade Kaadan «Companions of the cave» de Fakhri el Ghezal et «The Trap» de Nada Ryadh à Gabès Cinéma Fen - Pleins feux sur trois courts métrages

15 Avril 2020

Les courts métrages retenus pour cette 2e édition de Gabès Cinéma Fen, organisée en ligne, étaient engagés et remarquables de justesse. Seulement deux de ces films ont été primés lors du Palmarès : «Companions of the Cave» de Fakhri el Ghezal, élu meilleur court métrage, et qu'on a vu pour vous, ainsi que «An un-Aired Interview» de Muhammad Salah en mention spéciale. Le jury était composé d'Amira Chebli, de Manel Aissa et du président du jury l'Algérien Nabil Djedouani. Dans le cadre de cette édition, on a découvert pour vous...

«Companions of the Cave» de Fakhri el Ghezal: poétique et visuel

Grand vainqueur de cette édition dans la catégorie «Courts métrages», «Companions of the Cave» suit l'itinéraire de deux rappeurs partis clandestinement de Redayef jusqu'à Nantes. Le film est une lettre de 18 minutes adressée à Jojo M et Galaa en 2018. Il est réalisé en noir et blanc, porté par une musique distinguée. «Les compagnons de la caverne» ou «Ahl el Kahf» est le 3e court métrage documentaire de Fakhri el Ghezal, photographe, vidéaste et cinéaste tunisien. Il a été sélectionné au festival de film de Locarno.

«Aziza» de Soudade Kaadan : un brin d'émotion

Ce court métrage libanais de 13 mn se présente comme étant nostalgique et décapant. Il nous présente Aymen, réfugié syrien au Liban, qui se démène pour apprendre à conduire à son épouse. Entre émotion et humour, le court métrage se caractérise par sa tournure inattendue, par son message et sa mise en scène. Sorti en janvier 2019, il a été sélectionné au Sundance Film Festival et a reçu le prix du grand jury du court métrage. Soudade Kaadan est libanaise et à son actif un premier court métrage intitulé «Le jour où j'ai perdu mon ombre», récompensé par «le Lion du Futur» au Festival international du film de Venise en 2018.

The Trap de Nada Ryadh: spirale amoureuse

Captivant à souhait, le court métrage de Nada Ryadh aurait pu être un long métrage tout aussi haletant. On est comme happé dans cette spirale amoureuse qui emporte un jeune couple arabe et non marié. Loin des regards indiscrets, les deux partenaires se retrouvent dans un appartement, très peu entretenu, situé dans une station balnéaire sordide afin de s'offrir des moments intimes. La situation prend l'eau quand la fille annonce à son compagnon vouloir mettre un terme à cette relation. L'homme se déchaîne et sème peur et violence. Le film a été présenté à la 58e Semaine de la Critique à Cannes en 2019.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.