Algérie: Blog - L'avenir du tourisme est en jeu : Défis et mesures pour les petites entreprises

communiqué de presse

par Julia Spies, analyste de marché, et Quan Zhao, responsable du commerce des services, Centre du commerce international

Le soutien aux petites entreprises du secteur du tourisme est vital pour la reprise économique

Les secteurs des voyages et du tourisme sont parmi les plus touchés par la pandémie mondiale. Les mesure de confinement dans le monde entier mettent à l'épreuve des millions de petites entreprises du secteur des voyages et du tourisme. À partir du 21 janvier, déjà 105 pays avaient imposé des restrictions de voyage à l'échelle mondiale, pour une durée indéterminée. L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) estime que les recettes du tourisme international pourraient diminuer de 20 à 30 % en 2020, par rapport à 2019, ce qui signifierait une réduction quatre à six fois plus importante que celle subit lors de la crise financière mondiale de 2009.

Les secteurs des voyages et du tourisme sont des industries clés dans de nombreux pays en développement, et les arrivées de touristes internationaux constituent une source majeure d'exportation de leurs services. Sur les dix pays les plus dépendants du tourisme, neuf sont des petits États insulaires en développement. Dans six États des Caraïbes, le tourisme représente environ la moitié du produit intérieur brut (PIB) - Antigua-et-Barbuda (50 %), Grenade (48 %), Sainte-Lucie (47 %) - ou environ un tiers du PIB pour Saint-Christophe-et-Nevis (36 %), Saint-Vincent-et-les-Grenadines (29 %) et Belize (26 %), (voir image ci-dessous). En Asie, Macao (RAS) et les Maldives sont durement touchés, avec des ratios tourisme sur PIB de 73 % et 56 % respectivement, et en Afrique, les Seychelles avec un ratio de 35 %. Au 9 avril, trois des dix principaux pays qui dépendent le plus du tourisme ont eux-mêmes imposé des restrictions de voyage.

Plus de 100 pays imposent des restrictions de voyage dans le monde entier : une grave menace pour les principales destinations touristiques

Notes : Données de 2018 sur le commerce et le PIB. Les pays pour lesquels les données ne sont pas disponibles sont colorés en gris,

Sources : ITC Trade Map, Banque mondiale

Les restrictions de voyage dans le monde frappent les pays différemment, en fonction de leur haute saison touristique

L'impact des restrictions de voyage à l'échelle mondiale est susceptible de varier en fonction de la haute saison touristique de chaque pays. Dans les Caraïbes, où le ratio tourisme sur PIB est le plus élevé, les recettes du tourisme sont plus importantes en début d'année (Trimestre 1 et 2). Ces pays ressentent donc déjà fortement les effets du COVID-19. Certains pays africains, comme le Cap-Vert, suivent un schéma saisonnier similaire, tandis que des îles du Pacifique, comme Fidji, et des pays européens, tels que la Croatie et le Monténégro, voient les recettes du tourisme augmenter jusqu'à 15 fois plus au troisième trimestre, par rapport au reste de l'année. Les voyages vers d'autres destinations, par exemple Macao (RAS), les Seychelles ou le Cambodge, sont moins saisonniers, ce qui signifie que les affaires pourraient reprendre plus rapidement dès la levée des restrictions de voyage.

Certaines destinations touristiques sont confrontées à des risques nettement plus élevés de déclin économique, en raison de leur proportion élevée de petites entreprises, souvent informelles, œuvrant dans le secteur du tourisme et étant plus vulnérables aux chocs extérieurs1. La mise en place de restrictions de voyage peut également affecter les femmes de manière disproportionnée, car le secteur du voyage et industries équivalentes, telles que l'hôtellerie-restauration, emploient une proportion de femmes supérieure à la moyenne.

Comment aider les petites entreprises du secteur du tourisme à survivre

Il est essentiel d'aider les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) du secteur du tourisme à surmonter la crise du COVID-19, afin d'accéder plus rapidement à une reprise économique et de créer de nouveaux emplois après la crise. Depuis mars, plus de 20 pays ont annoncé des mesures pour soutenir leur secteur touristique, et d'autres mesures sont attendues dans les semaines à venir. Elles s'inscrivent globalement dans les catégories suivantes :

Conditions préférentielles de financement

De nombreuses petites entreprises ont besoin d'un accès immédiat à des fonds pour maintenir leur activité. Des options de financement, telles que les crédits garantis par le gouvernement, l'injection de capitaux dans les fonds publics et l'effort des institutions financières à augmenter le crédit ou le fonds de roulement pour l'industrie du tourisme, peuvent aider les MPME à maintenir leur trésorerie et à rester opérationnelles pendant la crise.

Par exemple :

L'Espagne injecte 400 millions d'euros par l'intermédiaire de l'Institut officiel de crédit pour les indépendants et les entreprises touristiques qui ont besoin de liquidités. Les entreprises éligibles peuvent demander un prêt de quatre ans avec un taux d'intérêt fixe de 1,5 % maximum.

Les Philippines mobilisent des fonds auprès de sociétés détenues ou contrôlées par le gouvernement pour soutenir les compagnies aériennes et le reste de l'industrie du tourisme.

Subventions et réductions d'impôts

La réduction des taxes et des redevances, des frais de loyer, et des factures d'eau et d'électricité peut faire baisser la pression qui pèse sur les MPME du secteur du tourisme.

Par exemple :

En Chine, les entreprises des secteurs du transport, de la restauration, de l'hôtellerie et du tourisme sont exonérées de TVA.

Le Qatar accordera des subventions pour l'électricité et l'eau aux secteurs du tourisme, de l'hôtellerie-restauration, du commerce de détail, ainsi qu'aux MPME.

L'Indonésie accordera des subventions et des avantages en espèces aux compagnies aériennes et aux agences de voyage pour attirer les touristes internationaux pendant la période de reprise. Le pays renoncera également aux taxes sur les hôtels et les restaurants.

Mesures d'incitations à l'emploi

Les mesures d'incitation à l'emploi, telles que la subvention des salaires, le report des cotisations aux caisses de sécurité sociale et la prolongation des droits d'assurance maladie, peuvent aider les entreprises touristiques à conserver leurs travailleurs, et ainsi se rétablir plus rapidement une fois la crise passée.

Par exemple :

Dans le cadre de son programme de soutien à l'emploi, Singapour compensera jusqu'à 75 % des salaires versés par les employés locaux des secteurs du tourisme et de l'aviation pendant neuf mois.

La Jamaïque offrira des transferts d'argent temporaires aux entreprises touristiques en fonction du nombre d'emplois qu'elles conserveront.

L'Italie met en place un fonds d'indemnité de licenciement qui prévoit jusqu'à neuf semaines d'indemnités pour toutes les entreprises.

Assistance technique pour le secteur du tourisme

Un soutien gouvernemental ciblé, comprenant des programmes de communications et d'hygiène, permet au secteur du tourisme de rétablir sa compétitivité et de maintenir la confiance de son marché.

Par exemple :

La Thaïlande met en œuvre un programme de sécurité et de santé visant à renforcer les normes de nettoyage et d'hygiène dans les sites touristiques, les hôtels et les restaurants.

Singapour prendra en charge jusqu'à 50 % des frais de nettoyage professionnel externalisés pour les hôtels ayant des cas de COVID-19 confirmés ou suspectés.

Le Taipei chinois alloue 5,45 milliards de dollars NT (179 millions de dollars) pour promouvoir les voyages domestiques, améliorer les installations et introduire de nouvelles technologies pour moderniser l'industrie du tourisme.

Malheureusement, plusieurs des pays les plus exposés au choc touristique auront du mal à financer ce type de mesures. Ils devront sans doute compter sur le soutien de la communauté internationale pour aider leurs petites entreprises touristiques à survivre au COVID-19.

¹ https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2020/03/30/east-asia-and-pacific-countries-must-act-now-to-mitigate-economic-shock-of-covid-19

https://blogs.worldbank.org/fr/voices/agir-vite-pour-limiter-le-prejudice-economique-du-coronavirus-dans-les-pays-en-developpement

https://www.unwomen.org/fr/news/stories/2020/3/news-women-and-covid-19-governments-actions-by-ded-bhatia

Plus de: ITC

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.