Afrique: Observations de la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, à l'occasion de la réunion des ministres des finances et des gouverneurs de banque centrale du G20

document

Washington - La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a fait aujourd'hui les observations suivantes à l'occasion de la réunion des ministres des finances et des gouverneurs de banque centrale du G20:

« Merci aux autorités saoudiennes d'avoir présidé le G20 durant cette crise sans précédent, et à vous tous pour les remarquables efforts que vous avez déployés pour protéger les populations et l'économie. Les mesures budgétaires prises à hauteur de 8 000 milliards de dollars et les liquidités abondantes injectées par les banques centrales ont contribué à jeter les bases d'une reprise pour les entreprises et les ménages. Vous avez également lancé une initiative visant à suspendre temporairement les paiements du service de la dette des pays les plus pauvres. Je salue sincèrement cette mesure qui tombe à point nommé.

Vous avez demandé au FMI de renforcer notre riposte à la crise pour les pays émergents et les pays en développement. Nous avons donné suite à cet appel.

Nous avons doublé les limites annuelles d'accès aux financements d'urgence. Plus de 100 pays nous ont déjà sollicités et la moitié des demandes auront été approuvées par notre conseil d'administration d'ici à la fin de ce mois. Dix pays ont déjà bénéficié d'une aide d'urgence.

Lundi dernier, notre conseil d'administration a accordé à 25 pays un allégement immédiat du service de la dette envers le FMI. Nous remercions les pays membres qui se sont généreusement engagés à contribuer à cet effort et appelons d'autres pays à suivre leur exemple.

Nous étudions à présent la possibilité de créer une nouvelle ligne de liquidité à court terme pour les pays dont la politique économique est solide.

Nous devrons en faire encore plus. Comme vous le savez, nous prévoyons une profonde récession en 2020 et une reprise qui ne sera que partielle en 2021. Pour aider les pays à faire face à la gravité de cette récession et favoriser la reprise de leur économie, nous sommes prêts à utiliser tout notre arsenal d'outils et notre capacité de prêt de 1 000 milliards de dollars, tout en gardant à l'esprit la nécessité d'utiliser les programmes à bon escient et de renforcer la bonne gouvernance.

En outre, pour aider nos pays membres à faible revenu, nous prévoyons de tripler nos prêts concessionnels. Nous recherchons ainsi de toute urgence 18 milliards de dollars de ressources nouvelles pour des prêts au titre du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance, et il est probable que nous aurons également besoin d'au moins 1,8 milliard de dollars de ressources de bonification. Nous déterminerons par ailleurs si le recours aux DTS pourrait être utile à cet égard.

Enfin, nous ferons en sorte que les prêts et les mesures de soutien visent principalement à réduire les séquelles économiques causées par les faillites et le chômage, afin de favoriser une reprise rapide. Étant donné que de nombreux pays continuent d'être confrontés à des sorties de capitaux et à un endettement élevé, nous sommes prêts à collaborer étroitement avec d'autres institutions et instances internationales, ainsi qu'avec des acteurs privés, pour aider nos pays membres à surmonter cette crise et à en sortir plus résilients. »

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.