Congo-Brazzaville: Boxe professionnelle - Hurçus Samba déplore le manque de soutien

Le boxeur congolais qui a promis travailler dur pour gagner davantage de ceintures afin d'inspirer les générations futures, s'est dit inquiet de la manière dont la discipline s'organise au Congo.

Brazzaville a abrité l'année dernière au gymnase Nicole Oba ses tout premiers combats professionnels. Au cours de ce rendez- vous, Hurçus Samba avait gagné la ceinture continental UBO dans la catégorie des lourds-légers. Les championnats d'Afrique de boxe professionnelle tenus sous le label UBO, marquaient un tournant dans la boxe congolaise qui entrait de plain-pied dans le circuit de la boxe professionnelle, pour ainsi ouvrir des perspectives d'épanouissement aux boxeurs congolais. Depuis l'organisation de cette compétition, le manque de soutien se fait sentir.

« La boxe professionnelle au Congo n'est pas soutenue. Pour réussir dans ce type de challenge, l'athlète doit bénéficier du soutien des sponsors et donateurs. Ce qui n'est pas le cas chez nous. Nous n'avons pas de managers en d'autres termes quelqu'un qui peut vendre ou présenter le produit qui est l'athlète afin d'attirer des promoteurs. Le Congo regorge des talents que nos dirigeants ne savent pas exploiter. S'il n'y a pas le sérieux, la boxe professionnelle au Congo n'aura aucun avenir», a souligné Hurçus Samba.

L'athlète doit ses débuts dans la boxe professionnelle grâce à l'appui du Congolais de l'autre rive Mukadi Manda, ancien champion du monde devenu expert de l'UBO et promoteur de ces premiers combats. Son appui n'est pas à négliger car il lui a permis de multiplier les combats avec d'autres challengers et d'élever son niveau. Le boxeur a séjourné récemment à Kinshasa dans le but de préparer son futur combat professionnel. Et il n' y est pas revenu les mains vides. Hurçus Samba a en effet ajouté un autre succès à son palmarès en remportant la ceinture lors du tournoi de l'indépendance de la République démocratique du Congo (RDC).

La ceinture de la RDC n'a pas la même valeur que celle gagnée à Brazzaville lors des championnats d'Afrique professionnels. Les combats livrés dans la capitale de la RDC, a-t-il précisé, servaient de préparation pour la défense de sa ceinture africaine. « Le tournoi de la RDC m'a fait du bien parce qu'il m'a permis de m'évaluer. J'ai gagné la ceinture de l'indépendance dans une compétition qui regroupait les boxeurs de l'Angola, de la RDC et du Congo», a-t-il commenté. L'athlète a indiqué qu'il était prêt à enchaîner des combats tests pour entretenir sa forme. Mais, comme les autres athlètes, la pandémie de coronavirus l'a freiné dans son élan. « Je ne m'entraîne plus avec la même énergie parce que toutes les compétitions sont reportées à cause du coronavirus. je reconnais que ma préparation va prendre un coup. Mais, je suis obligé de m'adapter parce que la santé est plus importante. Ce qui est certain, mon combat qui avait déjà connu des multiples reports, sera une fois de plus ajourné », a-t-il ajouté.

Le probable report de son combat pour la défense de la ceinture ne m'influencera pas, a-t-il affirmé, poursuivant que son ambition étant de faire une grande carrière comme celle d'Anaclet Wamba. L'ancien boxeur congolais a avant de mettre un terme à sa carrière en 1994 remporté 46 victoires dont 23 par KO contre un combat nul et deux défaites. Il a été champion d'Europe EBU des lourds-légers en 1989 puis champion du monde WBC en 1991.« Une carrière comme celle d'Anaclet Wamba, ça toujours été mon rêve. Mais, je vais faire mieux afin de soutenir les jeunes boxeurs congolais qui embrasseront une carrière professionnelle. J'ai appris beaucoup de choses qu'il va falloir mettre en place dans le management lors du tournoi à Kinshasa », a-t-il indiqué .

Anaclet Wamba le seul boxeur congolais ayant marqué les esprits, attend toujours ses successeurs.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.