Cote d'Ivoire: COVID-19 - Didiévi, Tiébissou, Toumodi, des alertes signalées:

Dr Miézan Egnakou Michel, directeur régional de la santé était face à la presse le jeudi 16 avril 2020 dernier. Ceci pour faire le point de la situation de la pandémie à Coronavirus, Covid-19, qui sévit en Côte d'Ivoire depuis le 11 mars dernier avec l'apparition du premier cas.

Au cours de ce point-presse, précédé de la 5è réunion du comité départemental de lutte contre la pandémie, Dr Miézan Michel n'est pas passé par quatre chemins pour dénoncer certains comportements qui mettent en danger la vie des populations.

« Le secrétaire général de l'ONU l'a dit, tous les philanthropes l'ont dit, l'Afrique ça sera l'hécatombe si ça arrive ici. Donc ça doit interpeller chacun, ça doit interpeller les dirigeants pour dire, il faut qu'on corse un peu plus les mesures pour ne pas que ça arrive ici.

Aujourd'hui, regardez les mesures éditées par le gouvernement et le Président de la République, tout le monde se plaint pour dire : on a un manque à gagner. Mais si on continue de tergiverser, on va arriver au confinement, et quand on va arriver au confinement il n'y aura plus de manque à gagner.

Et regardez les conséquences parce que nous les pays africains, on vit de l'économie informelle. Donc c'est à cela que nous essayons de faire prendre conscience à tous nos compatriotes et tous ceux qui vivent à Yamoussoukro…» a-t-il averti tapant le poing sur la table pour dire stop au non-respect des mesures barrières

« On n'est pas dans la peur mais il faudrait qu'on soit dans l'expectative armée. Il faut qu'on soit prêt parce que c'est bien de dire on a zéro cas, n'applaudissez pas, dites-vous qu'il y a du travail.

Quand j'ai parlé de Bouaflé, Bouaké, nous sommes à un carrefour et dites-vous que ça peut arriver… » a souligné le patron régional de la santé. Qui a indiqué qu'à ce jour, ce sont une soixantaine d'alerte et quatre prélèvements revenus négatifs qui constituent le bilan de la cité des Lacs « Aujourd'hui ceux qui viennent d'Abidjan ont été identifiés, localisés et ils sont suivis…

Dans la région du Bélier à Didiévi, on avait deux alertes à Tiébissou on a eu deux alertes aussi, Toumodi on a eu cinq alertes dont un pasteur qui est encore sous surveillance.

On a eu une arrivée massive dans un village de la sous-préfecture d'Angonda de vingt-cinq personnes qui étaient venues d'Abidjan, on a été alerté et on est allé les voir…» a-t-il signifié avant de faire noter que « Le SSSU 1, service de santé scolaire et universitaire de Yamoussoukro, est le site d'isolement. »

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.