Mali: Mikado FM - la radio de la paix, à l'heure du coronavirus

17 Avril 2020

La radio des Nations Unies au Mali était déjà incontournable dans la consolidation de la paix et du vivre ensemble. À l'heure de crise sanitaire de la pandémie du coronavirus, Mikado FM a engagé une course contre la montre : contribuer à sa façon à sauver des vies.

La radio des Nations Unies au Mali était déjà incontournable dans la consolidation de la paix et du vivre ensemble. À l'heure de crise sanitaire de la pandémie du coronavirus, Mikado FM a engagé une course contre la montre : contribuer à sa façon à sauver des vies.

Le téléphone est en surchauffe dans le principal studio de Mikado FM à Bamako, à l'heure de Midikado, l'une des émissions les plus populaires de la radio des Nations des Nations Unies au Mali.

«Citez-moi les gestes barrières pour prévenir le Coronavirus », demande de sa voix enjouée, Ben Junior Kambiré, l'animateur de cette émission de quizz destinée à tester les connaissances des auditeurs tout en les divertissant.

« Se laver les mains fréquemment, éviter de se toucher les yeux, la bouche et le nez, » répond sans hésiter à l'autre bout du fil Salomé Dembélé.

Et l'auditrice de Bamako d'ajouter : « Il faut aussi éviter la foule, se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou un mouchoir lorsque vous toussez ou éternuez, consulter un médecin le plus tôt possible lorsqu'on a de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires.

Mais appelez d'abord par téléphone ». Bonne réponse de l'enseignante du primaire. Elle recevra son cadeau plus tard, comme tous les gagnants de Midikado.

La radio de la paix a su, au fil des années, créer une proximité avec les auditeurs aux quatre coins du pays. Sa programmation interactive donne la parole aux populations, en plus de documenter leurs préoccupations quotidiennes.

Au moment où le Mali est frappé à son tour par la pandémie du Coronavirus, Ben Junior Kambiré ne s'est jamais senti aussi utile pour sa communauté.

« Entre deux questions posées aux auditeurs sur le Covid-19, je leur propose des chansons de sensibilisation à la pandémie ainsi que des messages de service public », explique-t-il.

Même sentiment chez ses collègues chargés de l'information en langues nationales. Après Midikado, ils prendront l'antenne pour présenter les dernières nouvelles sur le Covid-19 en bambara, songhaï, tamasheq, peuhl et arabe.

Depuis son lancement par la Mission des Nations Unies au Mali en 2015, la radio de la paix met un point d'honneur à communiquer avec les auditeurs en français, mais aussi dans les principales langues du pays. La langue de Molière restant inaccessible pour une grande frange de la population.

« Un travail de service public remarquable »

À l'heure du Coronavirus, certaines émissions des programmes de Mikado FM revêtent une pertinence particulière pour contribuer à l'effort de prévention et de sensibilisation du public. À l'image d'Objectif Santé, un magazine hebdomadaire consacré, comme son nom l'indique, à la santé et au bien-être des populations.

L'émission reçoit chaque semaine le représentant au Mali de l'Organisation mondiale de la santé, Dr Jean-Pierre Baptiste, les autorités sanitaires nationales pour les dernières nouvelles sur la pandémie ainsi qu'un psychologue pour aider à analyser et à amenuiser les impacts de la crise sanitaire sur la santé mentale. L'émission n'oublie pas les enfants confinés à la maison avec la fermeture des écoles.

« Nous produisons des capsules dans lesquelles nous répondons aux questions des enfants au sujet du COVID-19 », explique la célèbre animatrice Mimi Konaté. « Le coronavirus expliqué aux enfants » nous permet de vulgariser la pandémie dans un langage qui leur est accessible ».

Pour le directeur adjoint de la direction nationale de la santé, Abdoulaye Guindo, un habitué de l'émission, « Mikado FM assure un travail de service public remarquable par la qualité de ses programmes et par sa portée en raison de l'importance de la radio dans notre pays.

Non seulement l'information est de qualité, Mikado FM est aussi très utile dans la gestion des rumeurs qui sont souvent dangereuses dans le contexte actuel ».

La chasse aux fausses nouvelles

Informer mais surtout contrer les rumeurs et débusquer les fausses nouvelles. C'est l'objectif de l'émission « Le Vrai du faux » lancée il y a maintenant trois mois.

Le moins que l'on puisse dire est que son animateur Aboubacar Dicko ne chôme pas tant les rumeurs et les fausses informations fusent sur les réseaux sociaux. Des manipulations qu'il faut débusquer pour mettre rapidement les pendules à l'heure.

« Contrairement à des rumeurs sur WhatsApp, retenir sa respiration pendant 10 secondes sans tousser ni se sentir gêné ne signifie pas que l'on est épargné par la maladie à Coronavirus, ou toute autre maladie pulmonaire » poste Aboubacar Dicko sur les comptes Twitter et Facebook de Mikado FM.

« Il faut rester proactif », explique-t-il en préparant sa prochaine émission. « Sur les réseaux sociaux, nous sommes en alerte parce que les fausses informations courent plus vite que la pandémie ».

La radio des Nations au Mali a développé une approche multimédia dans la collecte de l'information et la diffusion de ses programmes pour toucher le plus grand nombre; à l'image de son opération Les Artistes en campagne contre le coronavirus avec Mikado FM.

« Nous avons demandé aux artistes maliens de renom comme Amadou et Mariam, Oumou Sangaré, Cheick Tidiane Seck, Ami Koita d'enregistrer des messages vidéo en français et dans les langues nationales pour sensibiliser la population à la réalité de la pandémie et aux gestes barrières nécessaires pour contrer le coronavirus », précise le chef de la radio, Karim Djinko.

Les vidéos des messages sont diffusées sur les réseaux sociaux et les bandes audio transformées en spots qui tournent en boucle sur Mikado FM mais aussi sur les ondes de dizaines de radios partenaires dans les différentes régions sur toute l'étendue du pays.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.