Congo-Kinshasa: 100 jours du Chef de l'État - Le ministre Eteni avait dénoncé la péremption des médicaments livrés par MVG PLANET PHARMA

20 Avril 2020

Contrairement à certaines déclarations relayées sur la toile selon lesquelles le ministre de la Santé, le Dr Eteni Longondo, aurait validé les médicaments livrés par la firme MVG PLANET PHARMA, qui avait obtenu le marché de fourniture des médicaments. Le Phare a eu la lettre du ministre qui balaie malheureusement toutes ces fausses affirmations.

Dans une correspondance adressée au gérant de la MVG PLANET PHARMA en date du 18 décembre 2019, le ministre national de la Santé, Dr Eteni Longondo, fait remarquer au fournisseur le caractère péremptoire des produits pharmaceutiques livrés suivant la commande lui adressée dans le cadre de 100 jours du Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi.

Le ministre se base ainsi sur le rapport lui fait par ses services techniques en matière pharmaceutique, lequel faisait état de la péremption des médicaments livrés par sa firme.

Face à la situation, le ministre avait exigé au fournisseur de procéder sans tarder au remplacement des médicaments concernés, périmés. Et l'opération devait être supervisée par la Direction de la Pharmacie et du Médicament du ministère.

Comme le témoigne la lettre du ministre ci-jointe, le caractère péremptoire des produits pharmaceutiques livrés par la firme MVG PLANET PHARMA a été bel et bien dénoncé. Donc, il n'y a pas eu implication ou encore la complicité du ministre Eteni Longondo comme veulent le faire croire des méchantes langues.

Intox et manipulation

Plusieurs choses sont dites actuellement dans l'unique dessein de brouiller les pistes et surtout, de manipuler l'opinion. Au stade actuel du dossier, cinq questions se posent:

1) Qui a initié le dossier?

2) Qui a choisi la quincaillerie Trade Plus pour mener les opérations?

3) Qui a ordonné le paiement ?

4) Comment MVG Planet Pharma a-t-il atterri dans le dossier pour en assurer la sous-traitance ?

5) Comment et pourquoi MVG Planet a-t-il remplacé les produits périmés s'il n'entretenait aucun lien avec l'acteur principal, TRADE PLUS, la fameuse quincaillerie ?

L'enquête du Parquet a beaucoup évolué dans cette affaire et ce qui se passe actuellement est une simple bataille de l'opinion qu'on désoriente à dessein, dans le but de donner une autre image à la vérité qui en sortira.

Dans un domaine aussi sensible que la santé, des individus sans cœur ont décidé de jouer avec la vie de leurs semblables. Ils doivent payer pour envoyer un signal fort à tous ceux qui pensent que les biens de l'Etat sont des biens sans maîtres.

Oui, ils doivent payer. Quoiqu'il arrive et quoiqu'il en coûte. C'est cela l'Etat de droit.Dom

AllAfrica publie environ 500 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X